espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6632 - Samedi 14 Décembre 2019

Appel à la révision de la loi sur le remboursement des radios et analyses médicales

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Des participants à une rencontre, ayant réuni, dimanche à Blida, des cadres de l’agence locale de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des représentants d’associations caritatives de la wilaya, ont lancé un appel aux autorités publiques en vue de la révision de la loi fixant le taux de remboursement des radios et des analyses médicales.

«Si la CNAS assure un taux de remboursement acceptable sur les médicaments, il n’en est pas de même pour les radios et les analyses médicales, dont le remboursement est quasi inexistant», ont soutenu des intervenants et cette situation constitue «une importante charge (financière) pour les malades, dont particulièrement ceux atteints du cancer, de maladies graves ou chroniques», ont-ils souligné. Selon Baghdadi Réda, représentant de l’Association El Badr d’aide aux malades du cancer, «les dépenses inhérentes aux médicaments, radios, analyses et autres frais de transport indispensables pour un malade du cancer peuvent parfois dépasser les 100.000 DA, à la fois», a-t-il fait savoir à l’occasion. D’où son appel pour des textes de loi prenant en charge les personnes démunies, parmi les malades du cancer non-assurés sociaux, parallèlement à une loi pour assurer leur protection et soutien financier, ceci d’autant plus, a-t-il ajouté, que de «nombreux malades souffrent de plusieurs maladies à la fois, rendant leur prise en charge financière par leur famille, fort difficile», est-il déploré. Il est soutenu dans cette revendication par Saadi Karima, représentante de l’association El Fedjr d’aide aux malades du cancer, qui a appelé, à son tour, à l’actualisation de la loi de 2007 et son agrément, en vue d’assurer plus d’avantages aux assurés sociaux auprès de la CNAS». Même tempo pour le secrétaire général de la Fédération de wilaya des retraités, Mohamed Kouhil, qui a mis en avant le fait qu’une majorité des retraités sont des personnes âgées souffrant de maladies chroniques, et partant, requérant régulièrement des analyses et radios médicales, qui ne sont pas remboursées, appelant, par là, à l’impératif de l’institution de lois pour remédier à cette situation préjudiciable pour leur maigre bourse», a-t-il estimé. Les participants à cette rencontre ont abordé de nombreux autres problèmes dont se plaignent les assurés sociaux, notamment le remboursement des frais de transport d’une wilaya à une autre, et l’accélération des procédures de remboursement et de traitement des dossiers médicaux, pour une meilleure promotion de ce service public. «Nous veillons à assurer un accompagnement des malades parmi les assurés sociaux, dans un cadre légal et humain, mais il se trouve que la CNAS est régie par une législation fixe, à laquelle il est impossible de déroger», a assuré, pour sa part, la directrice de l’agence locale de cette caisse. Samira Letreche. Elle s’est, néanmoins, engagée à «transmettre les doléances exprimées durant cette rencontre au ministère de tutelle, en vue de trouver des solutions au service de l’intérêt général», a-t-elle dit, non sans affirmer que le «système de l’assurance sociale en Algérie est parmi les meilleurs. L’agence de Blida à un taux de 90 % de population, représenté par plus de 1.288.000 assurés sociaux et avants droits, sur une population globale de 1.300.000 âmes, selon les chiffres fournis durant cette rencontre.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub