espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6610 - Dimanche 17 Novembre 2019

Plateau musical algérien varié

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La 15e édition du Festival international de Djemila (60 km à l’Est de Sétif) a pris fin dans la nuit de jeudi à vendredi sur des aires variées de la musique algérienne, après une semaine de soirées artistiques, en présence d'un public nombreux.

La scène de l’antique Cuicul s’est ouverte par la conteuse Sihem Kennouche et son spectacle «Sérénade des prénoms», mêlant histoire et patrimoine avec en arrière-fond musical la voix de la talentueuse chanteuse du genre andalou Lamia Ait Amara. Une voix suave qui a fait voyager le public à travers une randonnée onirique au fin fond des origines de prénoms algériens. L’artiste Bekakchi El Kheir prend le relais et régale l’assistante à l’antique Cuicul avec un cocktail de ses meilleures chansons. Bekakchi a chanté «Koul l’ha, Asou ya assassa», «Koult andi lahbab», «S’bert s’bert» et puis «Nachek fi zine» et tant d’autres tubes enflammant la scène et suscitant de stridents youyous. Cheb Yacine Tiger enchaine et gratifie le public par une panoplie de chansons sentimentales, connues et entonnées en chœur par un public conquis. Hassna El Becharia fait monter l’atmosphère d’un cran et charme le public par sa voix, son aisance sur scène, la spontanéité de ses musiciens et sa manière de perpétuer la musique authentique. Dès que les premières notes de «Choubik loubik» de Cheb Nasro retentissent annonçant l’entrée sur scène de l’artiste tant attendu, le public était en extase. Les admirateurs très nombreux de Nasro, ont repris spontanément et en chœur la chanson. Emu par un accueil des plus chaleureux du public composé notamment de jeunes, Nasro de son vrai nom Nassreddine Souidi, a chanté avec ses fans «Achekek albi», «Ma bkaach lamane» et enchaîne «Antia ma vie» et «Atta'k rabi plaça fi Galbi» dans une ambiance enflammée à laquelle beaucoup de présents n’ont pu résister et n’ont cessé de se déhancher au rythme des mélodies entraînantes. La 15ème édition du Festival international de Djemila a été ouverte dimanche par un spectacle captivant sur les rythmes de la musique sraoui, relatant l’histoire de cette musique authentique caractérisant les régions des Hauts-Plateaux. Lors des soirées du Festival, se sont produits sur scène plusieurs artistes à l'instar de Kader «Japonais», Bilal Seghir, Samir Leulmi, Radia Manel, Mok Saib, Amine Babylon, Hocine Staifi, Salim Chaoui et le chanteur libanais Iwane.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub