espace pub
Infos en ligne:
  • 5500 milliards de centimes alloués à la réfection et à la restauration du vieux bâti à Alger ...

  • Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes ...

  • Le Cameroun privé de l'organisation du tournoi, un appel à candidature sera lancé ...

  • L'Algérien Berraf nouveau président ...

  • "le gouvernement a réussi à mettre en place des mesures efficaces aux problèmes économiques et financiers" ...

  • Qualification laborieuse pour le «Doyen» ...

  • Naples s'est imposé 3-1 sans grande difficulté mardi face à l'Etoile Rouge Belgrade ...

  • Vers la réalisation de 50.000 logements en 2019 ...

  • M. Guitouni appelle les communes à rationaliser la consommation de l’énergie ...

  • L'ambassadeur britannique salue l'appel de l'Algérie à la réactivation de l'UMA ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6328 - Mardi 11 Décembre 2018

Des potentialités hydriques inexploitées

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Ce ne sont pas les potentialités hydriques qui manquent dans la wilaya de Relizane, mais leur exploitation, remarque-t-on localement. La municipalité d'Aïn Tarik ne manque pas de sources et de nappes phréatiques capables d'enrayer une crise d'eau potable qui n'a que trop duré.

Il y a d'abord les cours d'eau qui parcourent cette localité, lesquels ont indubitablement une nappe phréatique souterraine non négligeable que pourrait exploiter les collectivités locales, préconise-t-on. Les rivières de Menthila, Souk El Had, pour ne citer que celles-ci, ont certainement une nappe qui n'attend que son exploitation. D’aucuns préconisent l'exploitation des sources d'eau potable de certaines localités, dont le débit est loin d'être négligeable. Les sources d'eau les plus connues dans cette région sont celles de Menthila et Had Chekala. La première source est située au village d’Aïn Tarik alors que la seconde est localisée à proximité du village de Bougheidène. «Qu’attend-on pour capter et exploiter ces sources d'eau douce, sachant que notre commune souffre d'une crise aiguë d’eau potable qui n'a que trop duré ? L'eau de ces sources ruisselle sans profiter à un grand nombre d'habitants. Il faudra les capter et distribuer leur eau pour en faire bénéficier toute la population», soutient-on. En effet, l'exemple de la source de Menthila, qui jaillit non loin du village de Souk El Had, où les habitants sont aux prises avec une crise d'eau chronique, pourrait atténuer un tant soit peu la soif de ces quelque 1.500 habitants qui mènent une vie difficile avec la pénurie de cette ressource vitale. Idem pour la localité de Souk El Had, où il existe cette source précitée du nom de Menthila, laquelle pourrait renforcer la capacité de l'eau distribuée localement sur les réseaux d'AEP.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

54.000 déclarations d'élus locaux et plus de 6000 de hauts fonctionnaires

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub