pub
Infos en ligne:
  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6027 - Jeudi 14 Décembre 2017

Le sommet d'Abidjan a démontré l'inéluctabilité de la coexistence entre la RASD et le Maroc

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le chef de la diplomatie sahraouie, Mohamed Salem Ould Salek a affirmé que le sommet UA-UE tenu à Abidjan (Côte d'Ivoire) a démontré que la coexistence entre la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et le Maroc était "inéluctable", soulignant que l'Union européenne doit se conformer à la légalité internationale et convaincre l'occupant marocain de la nécessité de respecter ses frontières reconnues à l'échelle internationale et mettre fin à l'occupation du Sahara Occidental.

Lors d'une conférence de presse animée mardi au siège de l'ambassade de la RASD, M. Ould Salek a indiqué que le sommet UA-UE tenu fin novembre à Abidjan "a démontré que la coexistence entre la RASD et le Maroc était inéluctable", ajoutant que l'Europe, en tant que continent voisin, était le premier concerné (après l'Afrique) par les questions de paix et de sécurité dans la région mais aussi le premier à en subir l'impact. Ainsi, a-t-il poursuivi, "l'UE est appelée à convaincre l'occupant marocain de la nécessité de respecter ses frontières reconnues à l'échelle internationale et de mettre fin à l'occupation du Sahara Occidental, de même qu'elle doit se conformer à Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) sur l'interdiction de conclure des accords avec le Maroc incluant les territoires sahraouis occupés pour le pillage des ressources du peuple sahraoui.
L'UE doit "amener le Maroc à mettre fin à son occupation des territoires sahraouis et permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination", a estimé M. Ould Salek, appelant l'UE "à ne pas rester impassible devant les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et les graves violations perpétrées par le Maroc à l'encontre du peuple sahraoui".Le chef de la diplomatie sahraouie a affirmé que "le président français Emmanuel Macron appartient à la génération de Français pétris des principes de la République et non à celle souffrant du complexe du colonisateur", estimant qu'aux yeux des dirigeants sahraouis, il reste le premier président français capable de contribuer à l'arrêt des agressions répétées contre le peuple sahraoui".

Le Sommet d'Abidjan a prouvé que la RASD est une réalité indéniable
Le sommet d'Abidjan UA-UE a donné la preuve que la RASD était une réalité indéniable. "Le Maroc et la France se sont rendus compte que la RASD, membre fondateur de l'UA, ne peut être ignorée ou écrasée, car c'est un pays africain authentique. "La RASD a pris part, en effet, à la 5e session du sommet UA-UE, en dépit des manoeuvres des lobbies et des fortes pressions exercées sur le pays hôte", a-t-il soutenu, rappelant que "le sommet n'aurait pu en aucun cas se tenir sans la RASD, c'est la volonté du peuple et la décision de l'UA".
M. Ould Salek a rappelé que lors des travaux du sommet " le président Brahim Ghali s'est assis face à face avec Mohamed VI, Emmanuel Macron et Mariano Rajoy (Premier ministre espagnol) dans la même salle et à la même table pour examiner le même ordre du jour avec les chefs d'état et de gouvernement africains et européens et pour adopter les décisions et les recommandations qui portent sur les relations entre les deux continents et les questions de développement, de la jeunesse, de l'émigration, de la sécurité et de la paix". Il a affirmé que "l'Afrique a triomphé et prouvé que l'UA n'admet d'autres principes que celui des relations équilibrées et des intérêts communs".
Le ministre sahraoui des Affaires étrangères a ,en outre, souligné que le Sommet d'Abidjan se veut une victoire pour l'Union européenne (UE) qui n'a pas tenu compte de la position française en faveur de l'occupation. Les délégations de la majorité des pays de l'UE se sont réjouies de la présence de la délégation sahraouie, a-t-il dit. Le Sommet historique d'Abidjan, a souligné le ministre sahraoui, doit constituer ce pont qui consacre les efforts européens, collectifs et individuels, en faveur de la décolonisation du Sahara occidental.

Sommet UA-UE à Abidjan : Le Front Polisario satisfait du climat de "confiance"
Le bureau permanent du secrétariat national du Front Polisario s'est dit satisfait du climat de "confiance" et de "coopération" qui a marqué le sommet UA-UE organisé dernièrement à Abidjan, a indiqué l'Agence de presse sahraouie (SPS). "La participation de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), membre fondateur de l'Union Africaine, est un résultat naturel de la position ferme de l'UA et de son attachement à ses principes, à acte constitutif et à ses décisions", a précisé samedi un communiqué, publié par SPS, au terme de la réunion du bureau, présidée par le président de la RASD, Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario et marquée par la présentation d'un exposé détaillé sur le sommet UA-UE, tenu les 29 et 30 novembre dernier, à Abidjan (Côte d'Ivoire) avec la participation de la RASD.
"Cette participation confirme l'échec cuisant des plans et manœuvres incessantes du Maroc visant à porter atteinte à la qualité de membre et aux droits d'un Etat africain, membre de l'UA, une attitude rejetée en bloc et à unanimité par les pays africains qui ont exprimé leur attachement à l'unité et à la cohésion de l'UA", a-t-il précisé. La RASD avait participé au sommet sur invitation du Bureau du président de l'UA à l'instar de tous les autres pays membres.
Le Président sahraoui a reçu le 31 octobre dernier une invitation officielle du président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, pour assister au sommet. La présence de la RASD à ce sommet constitue une réaffirmation de la position unifiée de l'Afrique quant à la nécessité de mettre un terme à l'occupation des territoires de la république sahraouie, membre fondateur de cette Union, attachée au respect de son Acte constitutif et fervent défenseur de ses principes et de sa ligne politique en faveur de la décolonisation de Afrique.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

affrontement entre les palestiniens et les juifs et réaction du monde musulman

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub