espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6513 - Dimanche 21 Juillet 2019

Des malades mentaux laissés à leur sort sans aucune assistance

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Selon toute vraisemblance, à Annaba, ils sont de plus en plus nombreux à battre le pavé à longueur de journée dans les différentes artères de la ville.

A leur vue, les passants préfèrent souvent se détourner et changer carrément de trottoir, et ce, en raison du comportement quelque peu agressif manifesté par bon nombre de ces sans logis qui faut-il souligner comptent dans leurs rangs beaucoup de malades mentaux. Présents dès les premières heures de la journée, jeunes et mois jeunes que l’on dit avoir perdu le gîte et la raison semblent suivre un chemin tout tracé mais dont ils sont les seuls à connaître l’itinéraire. En effet, le constat est frappant, l’image quotidienne est bien ancrée dans la dynamique urbaine.
On les trouve partout aussi bien dans les quartiers pauvres de Boukhadra que dans les cités cossues dites de Beau séjour ou les Hondrois errant d’une zone à l’autre, ces laissés pour compte sont arrivés pour la plupart dit-on par la voie ferroviaire. Le phénomène a pris une telle ampleur aujourd’hui. Selon les citoyens interrogés, que cela ne doit plus laisser personne indifférent; ils estiment ainsi que les autorités et les responsables des structures compétentes se doivent de réagir au plus vite pour tenter de trouver une solution à ce problème.

Le département de la santé mentale au ministère avait avancé que plus de 140 000 personnes sont atteintes de maladies mentales en Algérie et près de 200 000 enfants souffrent de troubles phycologiques, ce ministère avait affirmé que la maladie psychiatrique n’est pas très bien prise en charge dans notre société malgré les 150 centres intermédiaires de santé mentale qui ont été mis en place à travers 46 wilayas. Les dernières statistiques révèlent un chiffre de 388 psychiatries répartis sur les 46 wilayas.
En effet en l’absence d’une coopération intersectorielle de la santé et des activités sociales, les malades mentaux errants semblent tourner dans un cercle vicieux après avoir reçu les soins nécessaires pour leur stabilité mentale et une fois dehors les malades mentaux se trouvent livrés à eux-mêmes en l’absence de toute prise en charge familiale et sociale. En fait s’il ne fait aucun doute quant à la sincérité de la compassion éprouvée à l’égard de ces malheureux , il y’a en revanche comme un sentiment d’impuissance face au comportement de ces rejetés de la société.
«Il faut le dire franchement tient à déclarer une quinquagénaire, c’est notre sécurité dont il est question; là où j’habite, il y’en a un qui a l’âge de mon fils et qui n’ouvre la bouche que pour lancer des obscénités. Il le fait à haute voix et en plus il lui arrive de se balader complètement nu ! », ajoute notre interlocutrice. En effet un spectacle très peu réjouissant à la vue de ces malades mentaux et marginaux itinérants allongés sur des cartons à même le sol, peau et cheveux crasseux, ils soulèvent irritation, indignation et tristesse.

En tout état de cause, les citoyens de la quatrième ville du pays se plaignent de ces pauvres créatures : «il n’y a pas un jour sans que ces tarés importunent nos filles. De l’agression verbale, ils passent très facilement à l’agression physique. Par ailleurs nos filles n’ont plus le droit de porter une chaînette ou des boucles d’oreilles en or sans risquer d’être agressées. Ces malades investissent même les établissements étatiques pour y semer la panique, renchérit un autre habitant du quartier Beau séjour.
Dans le même contexte des usagers de la poste sise à l’avenue colonel Amirouche, rapportent avoir été sérieusement importunés alors qu’ils se trouvaient devant les guichets : « quelques fous n’ont pas hésité à malmener des filles. Ils ont brusquement fait irruption dans le hall en lançant des cris qui nous ont glacés d’effroi, il y’avait des personnes âgées parmi nous qui ont tout de suite quitté ces lieux par crainte évidente être frappées » cela dit , il convient de signaler que la gent féminine est une cible de choix aux yeux de ces vagabonds.
Saida, 32 ans n’est pas prête d’oublier ce qu’elle a vécu il y’a moins d’un mois alors qu’elle rentrait chez elle en fin d’après-midi, après s’étre rendue au chevet d’une tente malade. C’est une des nombreuses victimes de ces laissés pour compte qui a bien voulu nous faire part de sa mésaventure : « quand j’y pense, j’en tremble encore de peur. Je ne suis pas prête d’effacer de ma mémoire ce que j’ai vécu à quelques dizaines de mètres de chez moi, lorsqu’un cinglé m’a barré le chemin.

Au départ il s’est juste contenté de me lancer un méchant regard, c’est là que j’aurai du me méfier. Soudain il s’est décidé à me laisser passer pour me donner un violent coup de poing dans le dos, j’ai eu très mal. Je me suis retournée et j’ai vu mon agresseur se saisir d’une grosse pierre. celle-ci fut lancée en ma direction et faillit m’atteindre. J’ai alors pris mes jambes à mon cou, j’estime que j’étais chanceuse ce jour là , car cela aurait pu être plus grave. Les aliénés doivent être admis dans des hôpitaux psychiatriques, il n’y a pas d’autre solution. Ils constituent un réel danger pour eux et pour les autres », conclut-elle sur un ton amer.
A ce thème, il convient d’indiquer qu’une sous direction de la promotion de la santé mentale au ministère de la Santé et de la Population travaille sur l’identification des vrais malades mentaux de ceux qui sont des SDF, des fugueux et des autres qui sont mentalement stables. En ce sens, le ministère de la Santé semble avoir mis en place une sous direction de la promotion de la santé mentale dont le rôle principal consiste à élaborer et évaluer les programmes de la santé mentale et d’organiser une prise en charge des affections psychiques. Tout en renforçant et en développant l’action communautaire dans ce domain, précise-t-on.

Manque flagrant des psychologues
Nombreux sont les patients jeunes et âgés appartenant des deux sexes qui viennent attendre la psychiatre de service à l’hôpital El Razi dans le chef-lieu de la wilaya de Annaba. Or, ce CHU fait état d’un déficit important en psychologues. Ses services sont réellement débordés et seulement un ou deux praticiens dans ce domaine possèdent leurs propres cabinets. En effet leur travail est bien précis, il n’est pas préventif mais thérapeutique, tout en détectant la maladie psychomotrice qui devient dans la majorité des cas une paranoie ou une schizophrénie.
L’Etablissement hospitalier d’El Razi qui est en activité depuis avril 1982 reçoit des malades de six wilayas de l’Est : Guelma, Tebassa, El Taref, Souk Ahras et autres régions. Les capacités d’accueil de cet hôpital régional selon toute vraisemblance ne peuvent répondre à la demande réelle du terrain et pour cause le nombre de cas nécessitant une admission est de plus en plus important.

En fait plus de 7 082 cas ont été traités pour l’année 2009 alors que le nombre des consultations externes a été de 3 185 malades seulement qui sont nous révèle-t-on passés par ce même centre pour une durée de soins de dépassant pas les 72 jours. Soit un taux de 70,7% pour les hommes et 29,3% pour les femmes de 30 à 55 ans. Notre informateur ajoute également que pour cette année prés de 300 personnes ont été admises à hôpital qui faut-il le préciser dispose d’une capacité d’accueil globale de 240 lits. Son unité de psychiatrie pour enfants et adolescents est de 80 lits l’effectif global de cette structure médicale s’élève à 287 employés dont deux médecins chef.
La période de 2010 a connu une activité estimée à 28 015 consultations dont 5 135 au niveau des urgences, 6 480 en neuroleptiques à action prolongée et 1 577 malades ont été admis. A ce sujet il y’a lieu de souligner que hôpital d’El Razi souffre d’un manque de personnel dans l’ensemble de ses structures aussi les patients qui quittent l’hôpital et qui suivent un traitement doivent se prendre en charge et ceux qui sont démunis rechutent dans leur maladie.

Premières victimes
Mais les malades mentaux ne constituent pas un danger seulement pour la société, c’est également leur propre personne qu’ils mettent en péril à travers leur comportement dangereux. Ne comptent-ils pas parmi les premières victimes des accidents de la route qui viennent grossir le lot des corps non identifiés dans les morgues ? Beaucoup effectivement sont retrouvés sans aucune pièce ni document pouvant attester de leur identité ou de leur origine, ce qui rend encore plus compliquée la tâche de la restitution des dépouilles à leurs proches. Voilà donc une situation qui est loin de cadrer avec le statut de la quatrième ville du pays.
Aussi est-il temps aujourd’hui plus que jamais de penser à la mise sur pied de structures spécialisées à même d’offrir le refuge et les soins appropriés. Or, concernant les cas dépressifs plus de deux mille patients pouvaient être estimés guéris au cours de l’ancien exercice. A noter enfin que des informations font état de plus de quatre cent millions de personnes dans le monde sont atteintes de troubles mentaux ou de problèmes psychosociaux, ajoute-t-on.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub