Quotidien d’information indépendant - n° 5021 - Jeudi 21 Août 2014

Sous la baguette du maestro Amine Kouider

Dans le cadre de la célébration des festivités du 50e anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie, un concert d’amitié Algérie-France sera donné, sous le haut patronage de Madame Khalida Toumi, ministre de la Culture. Il sera organisé le jeudi 1er novembre à 18h au Palais de la culture Moufdi-Zakaria d’Alger.

L’orchestre symphonique Algérie-France se produira sous la direction du maestro Amine Kouider (artiste pour la paix de l’Unesco). Créée en octobre 2011, l’association «Orchestre symphonique Algérie-France» (Osaf) est constituée d’une cinquantaine de musiciens professionnels algériens et français en résidence au centre culturel algérien à Paris et dont le président d’honneur n’est autre que le directeur du CCA à Paris, l’écrivain Yasmina Khadra. Un concert inaugural a été donné le 19 mars 2012 à la salle Gaveau à Paris dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire de la signature des Accords d’Evian. Le concert du 1er -Novembre sera organisé en partenariat avec l’Institut français d’Algérie. S’inscrivant dans une dynamique de rapprochement entre l’Algérie et la France et de développement des nombreux liens existant entre les deux pays, ce concert sera l’occasion de «réunir des femmes et hommes français et algériens autour d’une rencontre musicale mettant en valeur les richesses humaines et artistiques des deux peuples». Le programme musical comprendra Anachid Watania : version orchestrale symphonique, avec des arrangements musicaux de Smaïl Benhouhou, des extraits de Carmen de Georges Bizet avec la Sarah Laulan, le Boléro de Maurice Ravel, Petite Suite de Claude Debussy, Rihla : panorama musical algérien pour orchestre symphonique sur des arrangements musicaux de Smaïl Benhouhou. Natif d’Alger où il a vu le jour en 1967, Amine Kouider a étudié le violon au Conservatoire d’Alger, avant de suivre des études en direction d’orchestre aux Conservatoires de Marseille et de Paris. Il les poursuit au Conservatoire royal de Copenhague dans la classe de Michel Tabachnik. Parallèlement, il obtient une licence en musicologie. Il se perfectionne ensuite auprès de maîtres prestigieux comme Manuel Rosenthal à Paris et Ilya Moesin à Saint-Pétersbourg. En 1998, Amine Kouider est pour trois saisons le chef d’orchestre assistant de Valery Gergiev à l’opéra du Kirov à Saint-Pétersbourg, à l’orchestre philharmonique de Rotterdam et l’orchestre philharmonique de New-York. Depuis, le maestro est invité à diriger plusieurs formations en France et à l’étranger dont l’orchestre Philharmonique de Marseille, l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo, l’orchestre de l’opéra de Toulon, l’orchestre symphonique de Mulhouse, l’orchestre philharmonique de Nice, l’orchestre Lamoureux, l’orchestre philharmonique de Strasbourg et l’orchestre national du capitole de Toulouse. En outre, il a été appelé à diriger l’orchestre de l’opéra national de Bucarest, l’orchestre symphonique du Caire, l’orchestre symphonique de Durban, l’orchestre de la Capella de Saint-Pétersbourg, l’orchestre symphonique de Saint-Pétersbourg, l’orchestre du Kirov et dernièrement l'orchestre philharmonique du Qatar. De 1998 à 2004, il est nommé directeur musical de l’orchestre international de Paris (sous la tutelle des ministères des Affaires étrangères et de l’Education nationale), orchestre avec lequel il a donné de nombreux concerts en France et à l'étranger. Il a développé un grand répertoire symphonique et d’opéra. En octobre 2001, il a été à l’origine de la réouverture de l’opéra d’Alger, dont il a assuré la direction artistique jusqu’à 2005. Il a dirigé l’orchestre philharmonique d’Alger dans plusieurs productions d’opéras. Il a été également directeur artistique de l’orchestre symphonique national d’Algérie avec lequel il s’est produit en Algérie, notamment dans le cadre du Sommet arabe 2005 et de «Alger, capitale culturelle arabe- 2007» et en France dans le cadre de «Année de l’Algérie en France». Depuis 1998, il est directeur artistique du chœur et orchestre philharmonique international, en résidence à l’Unesco, avec lequel il donne régulièrement des concerts notamment à l’Unesco dans le cadre de «Dialogues des Cultures» et de la «Diversité Culturelle». Aminnesco Kouider est à nouveau invité à diriger l’orchestre philharmonique du Qatar pour sa saison 2012. Nommé «artiste pour la paix de l’Unesco», Amine Kouider vient également d’être nommé directeur artistique de l’orchestre symphonique Algérie-France.

R. C.

Retour
Imprimer
Envoyer
Partager
exemple