espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6632 - Samedi 14 Décembre 2019

Les maisons du diabète pâtissent d'insuffisances en moyens humains et matériels

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Les établissements de santé de proximité spécialisés dans la prise en charge du diabète à Alger, communément appelés «Maisons du diabète», pâtissent de nombreuses insuffisances en termes d'encadrement médical et de moyens de travail, impactant négativement le niveau de prise en charge des patients, a affirmé, samedi à Alger, le président de l'Association des diabétiques de la wilaya d'Alger, Fayçal Ouhadda.

S'exprimant en marge d'une journée de sensibilisation organisée au Jardin d'essai d'El Hamma (Alger), en coordination avec «le groupe Saidal», M. Ouhadda a mis l'accent sur «le décalage», en matière de moyens entre les Maisons du diabète dans la capitale (El Annasser, dans la commune de Belouizdad, Sidi M'barek, dans la commune d'El-Harrach, et d'autres à Bouzareah, à Staoueli et Bab El Oued), pour la prise en charge des malades, que ce soit en termes d'encadrement médical et paramédical ou pour les moyens de travail nécessaires à la bonne prise en charge des malades.
Faisant état, à ce propos, de l'existence d'une «pression» sur le centre d'El Annasser, (ex-Ruisseau) dans la commune de Belouizdad qui enregistre une «affluence importante», M. Ouhadda a indiqué que les autres Maisons du diabète, notamment celles de Sidi M'barek à El Harrache, faisaient face à des difficultés pour la réception des malades.
Il a appelé, dans ce cadre, a affecter des nouveaux médecins au niveau de ces centres pour remplacer leurs confrères admis en retraite et à renforcer le corps paramédical avec de nouveaux éléments pour prendre en charge les malades qui affluent «en nombre important» sur ces établissements spécialisés.
Soulignant que cette journée de sensibilisation était une aubaine pour «rappeler les gens de l'importance du dépistage précoce de la maladie», M. Ouhadda a appelé le public à «la vigilance» quant à la qualité des glucomètres commercialisés actuellement en Algérie.
«Des glucomètres ne répondant pas aux normes internationales sont vendus en Algérie avec l'autorisation du ministère de la santé», a-t-il mis en garde, précisant que ces appareils donnent «de faux résultats» aux utilisateurs qu'il a appelé à se «rapprocher des spécialistes pour se rassurer de l'efficacité du glucomètre». Il a démenti, dans ce sens, l'existence d'une «pénurie» de médicaments pour diabétiques, notamment de type 2. De son côté, le directeur commercial du Groupe Saidal, Youcef Ouakli, a fait savoir que parmi les objectifs de la participation à cette journée de sensibilisation est d’« attirer l'attention sur les incidences sanitaires et financières de cette maladie silencieuse», en faisant référence aux maladies liées au diabète touchant aux reins, aux yeux, le cœur et les membres inférieurs.
Il a révélé, dans ce sens, que le Groupe Saidal, qui est chargé de la fourniture des médicaments au profit des diabétiques de type 2, lancera d'ici 2020-20200 plusieurs autres combinaisons de médicaments, notamment sous forme de perfusions ou de stylo-cartouche. L'espace réservé aux visiteurs du Jardin d'El Hamma a connu une grande affluence des familles, où il a été procédé à l'aménagement de plusieurs ateliers, notamment des ateliers dédiés aux test de glycémie et d'hypertension.
Pour sa part, le Dr Khelfaoui Faiza, médecin généraliste à l'EPSP d'El Annasser, a fait savoir que les précédentes campagnes de sensibilisation avaient permis «le dépistage de nouveaux cas qui ignoraient être atteints de diabète». Se référant aux chiffres de l'Organisation mondiale de Santé (OMS), Dr. Khelfaoui a fait savoir que 14 % des algériens étaient atteints de diabète, estimant qu'il s'agit d'un «indicateur inquiétant» nécessitant davantage d'attention afin d'inculquer aux citoyens les méthodes appropriées de la nutrition.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub