espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6585 - Jeudi 17 Octobre 2019

Un des fondamentaux de la culture

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La mémoire revient surtout aujourd'hui comme sujet préoccupant de discussion et pour sa valeur polysémique. On parle de mémoire défaillante ou prodigieuse, de mémoire collective ou de mémoire au sens de reconstitution de l'histoire.

Il n'y a pas de pire handicap que la perte de mémoire qui emporte tout le vécu, empêchant de prendre la parole en public, faire des projets. La mémoire humaine ou animale a inspiré les inventeurs de l'ordinateur pour le stockage des informations au fil du temps et leur restitution en temps opportun. Mis à part la mémoire performante reçue comme un don de Dieu, tous les humains arrivent à se rappeler ce qu'ils ont bien acquis, assimilé, moyennant des méthodes et procédés pédagogiques.

Eduquer la mémoire en développant la promptitude à apprendre
Dès le début de la scolarité, l'enfant mémorise. Il est capable de mémoriser des mots et des phrases qu'il ne comprend pas. Il a une mémoire qui dépend des forces vitales et du système nerveux. Sa capacité à retenir est d'autant plus forte que les autres facultés sont en état d'inaction. Contrairement à la mémoire du vieillard, fatiguée, qui se complaît à évoquer les images du temps écoulé, celle de l'enfant est toujours en mouvement et en quête de connaissances. Ce qui caractérise la mémoire de l'enfant, c'est la précision dans le détail. Dès qu'il est imprégné du milieu matériel, sa mémoire emmagasine les souvenirs concrets qui lui permettent d'être bien installé dans la situation présente. L'enfant est à la fois égocentrique et syncrétique ; son esprit s'oriente vers la réalité objective et son intériorité subjective. C'est pourquoi ses souvenirs sont singuliers et imprévisibles au point d'étonner leurs destinataires.

Comment éduquer la mémoire de l'enfant ?
Il faut beaucoup de dextérité, des qualités pédagogiques qui assurent un apprentissage par des exercices à caractère ludique pour une meilleure assimilation et la possibilité de retrouver facilement ce qui a été appris, parce que la mémoire a été fidèle. La plupart des apprenants affirment que leur mémoire est mauvaise. Ils apprennent vite et oublient aussi vite qu'ils ont appris, car les mémoires à court terme sont généralement les plus infidèles. La culture de la mémoire doit faire l'objet d'une attention soutenue en vue d'un perfectionnement des qualités recherchées : fidélité, facilité de réception et de stockage des connaissances, restitution instantanée en temps opportun de ces apprentissages, à l'image de ceux qui sont doués de dispositions innées. Le rôle de l'éducateur et du pédagogue est d'aider par des procédés efficaces, chacun, à retrouver les meilleures conditions possibles de mémorisation.
Le développement des qualités d'une bonne mémoire doit profiter surtout à une population scolaire. Les plus infidèles des mémoires font l'objet d'un enseignement adapté et orienté vers un développement des capacités de mémorisation. On exige des enfants qu'ils apprennent d'abord peu mais bien, il s'agirait de choses agréables. A mesure qu'on progresse, on veille à un ordre de gradation des difficultés et du volume des apprentissages. Et pour développer la mémoire, il faut fortifier l'attention et la promptitude à apprendre des choses motivantes. Dans la logique de Port Royal, on a relevé ce passage bon à retenir : «Il est indubitable qu'on apprend avec une facilité incomparablement plus grande et qu'on retient beaucoup mieux ce qu'on enseigne dans le vrai ordre, parce que les idées qui ont une suite naturelle s'arrangent bien mieux dans notre mémoire et se réveillent bien plus aisément les unes les autres».
Cela rappelle les principes pédagogiques qu'il ne faut jamais perdre de vue pour assurer un développement harmonieux des qualités intellectuelles. Il s'agit de : la progression, l'émulation, la simulation. L'objectif d'une bonne mémoire, c'est de graver les souvenirs acquis Une meilleure possession de ces souvenirs est garantie par la concentration, l'intelligence qui permet de mieux comprendre le sens. Tous les efforts fournis en vue de l'acquisition des souvenirs assurent aussi leur conservation. Parmi les procédés efficaces, on a recours souvent à la répétition, meilleure forme de l'exercice du souvenir. C'est pourquoi on ne cesse de répéter ce souvenir : «La répétition est l'âme de l'enseignement». «On ne retient que ce qu'on répète», disait Jacotot qui ajoutait dans ses propos pédagogiques : «Il suffit d'apprendre une chose et de la savoir bien». On a aussi souvent entendu dire : «Il est rare qu'un fait qui ne s'est produit qu'une fois laisse une idée durable qui puisse revenir d'elle-même». Une condition d'une bonne mémorisation est la précision exacte des idées que l'on confie à l'esprit. Il ne faut jamais se contenter de l'à-peu-près.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub