espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6630 - Mardi 10 Décembre 2019

La France se dote d’un commandement de l’espace

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

A l’instar d’un nombre croissant de pays, la France a décidé de se doter d’un commandement militaire de l’espace, c’est-à-dire l’orbite basse ou la haute atmosphère. Cette décision s’inscrit dans le sillage du réarmement total de l’empire et la militarisation de l’espace, en violation flagrante de l’ensemble des instruments juridiques multilatéraux portant sur l’usage pacifique de l’espace et la non-prolifération nucléaire dans l’espace.

Les ressources spatiales françaises à défendre contre une éventuelle attaque en orbite ne sont pas aussi importants que celles des États-Unis, de la Russie ou de la Chine, mais la menace est réelle : la perte d’un satellite-espion ou de communication au dessus d’un théâtre d’opération rendrait les forces engagées au temps de la guerre de troisième génération, soit les années 1950, a rapporté une source médiatique officielle. Il faut se méfier du marketing. Une force de l’espace n’a rien à voir avec la guerre des étoiles tel que celle étant popularisée par le cinéma de science-fiction ou encore par l’outrageuse Initiative de Défense Stratégique US de 1983 en pleine guerre froide. Il s’agit dans le mode défensif, de protéger avant tout les satellites et une éventuelle station orbitale d’une collision délibérée opérée par un autre objet en orbite ou éviter un missile anti-satellite.
En mode offensif, les plates-formes utilisées en orbite basse pourraient être armées avec des ogives nucléaires ou à neutrons, ou plus simplement dotés de lanceurs cinétiques, ajoute-t-on. La guerre en orbite basse ou dans les hautes couches de l’atmosphère n’en est qu’à ses débuts et ressemble aux premiers balbutiements de l’aviation militaires dans les années 1910-1920. En dépit de son illégalité totale au regard du Droit international, la guerre en orbite s’est imposé à la plupart des pays occidentaux après la perte de leur avantage en matière de guerre conventionnelle.
Les États-Unis consacrent près d’un trillion de dollars par an à la défense et se montrent dans l’incapacité totale de gagner le moindre conflit avec un pays de ce que l’on appelle le Tiers-Monde, tandis que l’Europe occidentale est nue malgré l’OTAN. Des pays comme l’Allemagne n’ont plus de défense digne de ce nom et la Grande-Bretagne et la France ont pataugé pour venir à bout des très maigres défenses aériennes rudimentaire du régime de Gaddafi en Libye avant de se rendre compte qu’ils ne pouvaient pas supprimer une défense aérienne minimale et obsolète sans appui US mais qu’ils avaient épuisé leurs stocks de bombes dès la deuxième semaine du conflit entamé le 19 mars 2011. Les choses ne se sont pas améliorés depuis et la guerre au Sahel a démontré que la décrépitude a touché l’ensemble des Armées européennes. L’enjeu est donc dans les technologies C4ISR et comment aveugler un éventuel adversaire par des moyens électroniques et orbitaux.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub