espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6492 - Mercredi 26 Juin 2019

33.000 salariés en alerte

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Tout concourt à dire que l’avenir s’annonce très prometteur dans la gestion de la distribution de l’eau dans notre pays. C’est ce que dégagent les dernières informations émises à partir d'Alger par la direction nationale de distribution du précieux liquide dans les 48 wilayas du pays. Il s'agit beaucoup plus de la conclusion que l’on doit tirer de la réunion tenue à Alger par les syndicalistes durant trois jours.

Elle a regroupé les représentants des 33.000 travailleurs répartis à travers les 48 wilayas sous la présidence de leur secrétaire général Didouh Abdelkader. Contrairement à leur employeur le ministère des ressources en eau uniquement intéressé durant la période de Hocine Necib par les projets de réalisation de barrage à des prix plus que coûteux qui ne s’achèvent jamais, les syndicalistes étaient venus la tête pleine d’idées. Dans une approche inclusive, ils ont exprimé leur volonté de fournir de l’eau potable à tous les algériens. Dans ce cadre, Ils ont appelé à la mobilisation de tous les moyens humains et matériels devant servir à la matérialisation des projets destinés au renforcement des capacités de production et de distribution de l’eau potable. La rencontre leur a permis d’aborder, loin de toute pression, la question de l’enrichissement de la convention collective, la nomenclature des postes, la proposition d’une grille des salaires et bien d’autres aspects socioprofessionnels. Il ressort des indscrétions collectées dans les alentours directs de la réunion, qu’il se prépare un vaste chantier de production et de distribution de l’eau très vital pour les populations. Il s’agirait, at-t-on précisé d’une réponse aux préoccupations légitimement exprimer par les abonnés des ADE. Notamment le rôle que celles-ci doivent assumer par rapport à l’exercice de la maîtrise d’ouvrage en matière de fourniture d’eau potable aux populations. Combatif à souhait, apparemment informé de tout ce qui a trait à la situation des travailleurs, Abdelkader Didouh paraissait jouir d’une bonne aura auprès de la DGDE. Selon des indscrétions, celle-ci se serait engagée à prendre en compte les amendements que les syndicalistes lui soumettraient pour peu que ceux-ci soient réalistes.. « Nos propositions ont été établies sur des idées tenant compte de la réalité que vit notre entreprise à travers le pays. Elles ont été élaborées sur la base des expériences vécues. Elles prennent en considération les forces et faiblesses de notre entreprise. De tout façon, nous n’avons pas le choix. Au plan socio économique, notre entreprise a la plus mal lotie » a estimé le SG du syndicat. Il faut dire qu’à travers son ministère des ressources en eau, le Gouvernement s’engageait à chaque fois à prendre en compte les appels à la révision des salaires des travailleurs. Apparemment, en vain puisque les salaires de ces derniers figurent sur la liste des plus faibles du pays. Cela ne devrait plus perdurer au regard de la volonté des syndicalistes d’aller au charbon. « S’il faut aller sur le terrain de la contestation nous le ferons après avoir respecté toutes les clauses prévues par la loi en la matière » a menacé le secrétaire général du syndicat. C’est dire qu’une chose est certaine. Le procès verbal de la réunion des syndicalistes tenues durant ces trois derniers jours contient des avertissements d’une grande clarté. Ils impliquent .que la gestion des 33.000 cadres et agents est appelé a changé dans les prochaines semaines, voire prochains mois. Ils sont en effet 33.000 salariés entre cadres et agents à vivre de cette activité de production et de distribution de l’eau potable. Il reste que lors de cette réunion les syndicalistes ont mis en relief la nécessité d’accomplir les missions dévolues à chacune des structures décentralisées. L’on a cité entre-autres, le bon état du réseau des conduites de distribution de l’eau potable, leur entretien permanent, le règlement à termes échus des redevances et bien d’autres activités dans le domaine de l’adduction. Il faut dire que les fausses manœuvres opérées par l’ancien ministre des ressource en eau Hocine Necib faites dans le choix des entreprises de réalisation des projets de barrage, ont réduit à néant tous les efforts. A combien s’élèvent les créances des abonnés que les 48 ADE auraient dû encaisser et qu’ils ne l’ont pas été. En lançant une opération apurement des dettes accumulées depuis de longues années, le gouvernement permettrait de renforcer les capacités financières de l’entreprise, aux fins de restaurer sa crédibilité et lui permettre de mobiliser des ressources nécessaires à l’exécution de ses programmes d’investissement. Ce faisant, elle contribuera à l’atteinte, par notre pays, avant l’échéance en 2030, de l’objectif d’accès universel à l’eau potable pour tous.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub