espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6562 - Samedi 21 Septembre 2019

La société civile valide sa feuille de route

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Les acteurs de la société civile se sont enfin accordés sur les modalités du retour au processus électoral durant la période de transition.

La validation du texte de la plate-forme devant être présenté lors de la Conférence préparatoire de la société civile, prévue le 15 juin prochain, a été validée avant-hier, le soir après plusieurs heures de consultations et de dialogue. Une première tentative citoyenne pour sortir de la crise et également pour converger avec les partis politiques à une solution inclusive. Le moment est venu pour transformer les revendications du mouvement populaire en une action politique solide, à travers l’élaboration d’une feuille de route commune et concordante sur une sortie de crise plus que pressante. Après plus de trois mois d’attente et d’incertitude quant à l’avenir politique du pays et celui du mouvement populaire, la société civile gagne en conscience politique dans un contexte hors norme et s’engage à accompagner le peuple à maturer son projet. Ainsi traduire sa volonté par des actions tant attendues. Ainsi cette possibilité d’action pourrait permettre à la société civile d’imposer son rôle en tant qu’entité politique œuvrant pour le bon vouloir de la société. Egalement, éviter l’embrasement de la situation politique, sans oublier le cadre économique dépendant de l’évolution de la scène politique. Une situation qui risque l’explosion à n’importe quel moment, d’où la nécessité de s’organiser et se concerter sur une solution consensuelle afin de mettre un terme progressivement à la crise politique dans le pays. C’est dans l’urgence du contexte que les trois dynamiques regroupant plus de 80 associations, syndicats et collectifs, se sont entendus pour élaborer une feuille de route traduisant, globalement, les revendications populaires, retenant principalement les grands principes d’une transition conduite par des personnalités consensuelles ainsi que définir les conditions du retour à un processus électoral. Une solution légale et constitutionnelle qui s’adapte à la situation actuelle du pays. Après plusieurs semaines de doute, d’incertitude et surtout de spéculation sur l’éventualité d’organiser une Conférence préparatoire devant débattre de la feuille de route de la société civile, les acteurs de celle-ci se sont enfin parvenus à mettre de côté les différents et les divergences pour résumer leurs pensée en une seule idée consensuelle, tel que souhaité par la rue qui commence à songer au pire. Après moult rencontre, les membres de la société civile ont levé le dernier obstacle pour adopter une feuille de route commune et ainsi confirmer la tenue de la 1ere rencontre nationale de la société civile. C’est désormais une certitude, la société civile tiendra sa première conférence permettant de débattre de la situation actuelle surtout de convenir d’une solution consensuelle et satisfaisante. Première issue à la crise politique. Le lieu de la Conférence, par ailleurs, sera communiqué ultérieurement. La prochaine rencontre de la société civile portera sur les modalités du retour au processus électoral durant la période de transition, le point qui a opposé nombreux d’entre eux avant de converger vers la même option. Par ailleurs, la commission d’organisation de cette rencontre a préféré émettre des réserves quant au contenu global de la plate-forme. Le texte validé le mardi soir demeurera sous embargo jusqu’au jour « J ». Une mainmise justifiée par la volonté de mener un débat constructif afin de déboucher sur des idées concluantes devant contribuer au dénouement de la situation actuelle. Dans ses grandes lignes, ils appellent les dirigeants en place à partir afin d’apaiser l’atmosphère et permettre d’organiser paisiblement un dialogue politique global en vue d’organiser la période de transition et par la suite les élections présidentielles. C’est une première tentative qu’approuve le peuple pour sortir de l’impasse et évidemment tenter de confluer avec l’opposition politique sur une initiative plus inclusive à la crise.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub