espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6562 - Samedi 21 Septembre 2019

Rien ne va plus dans les marchés de fruits et légumes !

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Les prix des fruits et légumes dans les marchés de la wilaya de Boumerdés connaissent une hausse depuis plusieurs semaines et pour constater de visu ,il suffit de faire une virée aux marchés de Boumerdés, de Khemis el khechna, des Issers de Bordj-Ménaiel, de Boudouaou, de Béni Amrane, de Naciria, de Thénia et autres pour se rendre compte de la situation et nous renseigne sur cette flambée des prix qui touche les produits de larges consommation en cette conjoncture économique.

Les petites bourses durement pénalisées et déjà à une dizaine de jours après le début du Ramadhan, les prix des fruits et légumes ainsi que ceux des viandes ne baissent toujours pas, c’est une véritable flambée des prix dans les souk de la wilaya de Boumerdés, une simple virée aux marchés de Bordj-Ménaiel , des Issers, de Khemis khechna relevant de la wilaya 35 nous renseigne sur cette flambée des prix qui touche ces produits de large consommation en cette conjoncture économique. A cet effet la prix de la tomate a frolé les 120 D.A le kiloghramme, la courgette est inabordable, l’oignon à 80 D.A, le poivron atteint les 150D.A, les petits pois les 150 D.A ; Dans le marché des fruits et légumes des Issers, un marché historique que l’on surnomme souk el kemis et dont l’etat est chaotique, les prix sont relativement supérieure à ceux pratiqués ailleurs, la tomate de pietre qualité se vend à 100 D.A, le poivron à 160 D.A le kilogramme, le prix de la pomme de terre varie entre 50 à 65 D.A ; Cette hausse des prix qui touche les fruits et légumes provoque l’érosion du pouvoir d’achat de larges couches sociales en cette conjoncture economique de plus en plus en difficile , ne dit-on pas dans le Coran le livre sacré que les dix premiers jours du mois sacré de Ramadhan sont consacrés pour le Ghofrane, les dix seconds jours du mois de ramadhan sont ceux de la Rahma tandis que les dix jours restants voient les portes de l’enfer se refermés alors pourquoi cette augmentaion ! Une semaine aprésle debut du mois de ramadhan, les prix des fruits et légumes ainsi que les viandes ne baissent toujours pas- les marchands et les commerçants ont frappés de plein fouet les instructions du Ministére du commerce concernant le respect des prix référentiels des produits de consommation étales dans les marchés. Les petites et moyennes bourses sont durement pénalisés par cette hausse exorbitantes dans les prix, alors qu’ils étaient abordables quelques jours avant le mois de careme- les consommateurs n’arrivent plus à tenir le coup dans de telles conditions et subissent le diktat des commerçants, des commerçants qui disent que c’est pas eux qui sont à l’origine de cette augmentation mais c’est bien les fournisseurs, alors qui faut- croire ! cependant c’est la saignée.Une virée au niveau des marchés de fruits et légumes de la région renseigne, d’une saignée sans précedente et qui semble ne pas baisser prochainement. Certains connaisseurs du marché des fruits et légumes attribuent cette hausse des prix à la nuée d’intermediaires qui imposent leur loi face àl’absence des services de contrôle de l’etat et l’inexistence d’un marché de gros proprement dit des fruits et légumes dans chaque Daira- En somme cette situation perdure depuis belle lurette et risque de prendre de plus en plus d’ampleur dans les prochains jours et les prochains mois. Les pouvoirs publics doivent trouver la recette miracle pour permettre aux citoyens consommateurs de pouvoir se ravitailler et ne plus avoir peur pour leurs bourses.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub