espace pub
Infos en ligne:
  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

  • Guardiola défend la prestation de Mahrez ...

  • Le MCA remporte le derby, le MOB accroché ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6462 - Lundi 20 Mai 2019

Une action méthodique inscrite dans la durée

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La lutte contre la corruption et le jugement de toutes les personnes impliquées dans des affaires de dilapidation de deniers publics, figurent parmi les revendications majeures des manifestations populaires qui se déroulent chaque vendredi dans le centre de la capitale et plusieurs autres grandes villes du pays.

Ces revendications sont également portées par les slogans scandés par les étudiants au cours de leurs marches du mardi. Ainsi, au cours de leur marche pacifique à Alger, mardi dernier, des centaines d’étudiants, arborant l'emblème national, se sont dirigés vers la rue Abane Ramdane, pour marquer une halte devant le tribunal de Sidi M'hamed, et scander des slogans dénonçant la corruption et la dilapidation des deniers publics. La même préoccupation a sans doute motivé la décision du chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, qui a nommé, mardi, Tarek Kour, président de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC). L’accélération enregistrée dans le traitement des affaires de corruption et les arrestations de «poids lourds» dans ce cadre, laissent entrevoir une prise en main déterminée par la Justice des dossiers qui ont défrayé la chronique. Il s’agit, insiste-t-on, d’une action méthodique, inscrite dans la durée et induisant un impact salutaire sur l’économie nationale, débarrassée de l’impact néfaste des pratiques qui ont profondément gangrené son fonctionnement. Au plan médiatique, les informations circulent, notamment sur les sites électroniques, à propos de personnalités qui ont occupé des postes importants au sein du pouvoir et qui sont ou seront prochainement convoqués par la justice pour des agissements contraires à la loi ayant permis à certaines personnes de bénéficier d’avantages indus ou de s’accaparer, tout aussi indument, de biens publics. Dans ce registre l’affaire très attendue par l’opinion publique, celle de Kamel Chikhi, dit "El boucher", sera bientôt traitée. Il comparaîtra le 22 mai devant le Tribunal correctionnel de Sidi M'hamed (Alger) dans l'affaire des conservateurs fonciers. L'affaire concerne les documents, livrets fonciers et actes de propriété relatifs à la société de "Kamel El Boucher". Rappelons que le prévenu Kamel Chikhi, en détention provisoire, est poursuivi avec 12 autres prévenus dans 4 affaires, dont celle du trafic de cocaïne. Quant à l'ex-Président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad, il comparaitra, pour sa part, devant le Tribunal correctionnel de Bir Mourad Rais pour faux et usage de faux dans l'affaire des passeports, a-t-on appris auprès de son avocat Me. Khaled Bourayou. Pour rappel, l’ex président du FCE avait été appréhendé, au poste frontalier Oum Téboul (El Tarf) en s'apprêtant à quitter le territoire national en direction de la Tunisie. On sait que la Commission des Affaires juridiques, administratives, des droits de l'Homme, de l'organisation locale, de l'aménagement du territoire et du découpage territorial du Conseil de la nation a tenu récemment deux réunions pour auditionner les deux membres Saïd Barkat et Djamel Ould Abbès, aux fins d'élaborer son rapport concernant la levée de l'immunité parlementaire des deux sénateurs. Dans un tout autre registre, Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, a fait appel de la décision du juge d’instruction de sa mise en détention provisoire, indique dimanche un communiqué de son parti se référant au collectif d’avocats. Cet appel sera examiné le 20 mai 2019. Le collectif des avocats a pu voir, pour la première fois ce dimanche, Louisa Hanoune à la prison de Blida où elle a été a été placée le 9 mai en "détention provisoire" par le tribunal militaire de Blida. Elle avait été convoquée par le juge d'instruction près le tribunal militaire de Blida pour être entendue dans le cadre de l'enquête ouverte contre Athmane Tartag, Mohamed Mediène et Said Bouteflika, poursuivis pour "atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat". L'ex-ministre de la Défense et chef d'état-major de l'armée algérienne, le général à la retraite Khaled Nezzar, a été entendu comme témoin dans le cadre de cette enquête.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub