espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6513 - Dimanche 21 Juillet 2019

«La cour des comptes n’a jamais était indifférente à la corruption»

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

« La cour des comptes n’a jamais était indifférente à la corruption, bien au contraire, elle s’est toujours intéressée à ce phénomène », c’est ce qu’a indiqué, hier, le président de cette institution, Abdelkader Boumaâraf, sur les ondes de la radio Algérienne. Intervenant à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaine III, le même responsable a expliqué que la Cour des comptes n’a jamais publié ses rapports annuels sous l’ère de l’ex-président de la République, soit depuis 1999. « En toute son existence, ladite Cour n’aura publié ses rapports que deux fois, et uniquement sous la présidence de Liamine Zeroual »a-t-il confirmé.

Il a tenu de précisé également que « nous avons un article fondateur qui décrit de façon très précise le rôle de la Cour de comptes vis-à-vis de la corruption ». « La Cour des comptes contribue dans son domaine de compétences et à travers l’exercice de ses attributions au renforcement de la prévention et de lutte contre les diverses formes de fraude et de pratiques illégales ou illicites ». La mission essentielle de cette instance est de « favoriser l’utilisation régulière et efficiente des ressources, moyens matériels et fonds publics, de promouvoir l’obligation de rendre compte et la transparence dans la gestion des finances publiques et de contribuer au renforcement de la prévention et de la lutte contre les diverses formes de fraudes et de pratiques illégales », a-t-il détaillé. La cour des comptes était signée à contribuer au renforcement de la prévention de la lutte contre la fraude et les pratiques illicites. La meilleure manière, selon lui, pour les institutions supérieures de contrôle de finance publique pour contribuer à la prévention et à la lutte contre la corruption, est de remplir dans les meilleures conditions le mandat principal de la protection du renforcement de la protection du bon emploi des deniers public. Il convient de rappeler que le président de cette institution, Abdelkader Boumaâraf, avait déclaré il y un mois de cela, la Cour des comptes, instituée en 1976 pour favoriser l'utilisation régulière et efficiente des fonds publics, promouvoir la transparence dans la gestion des finances publiques et renforcer la lutte contre la fraude, ne peut se substituer à la justice en matière de lutte contre la corruption. Cependant, même si la Cour joue un rôle important dans la lutte contre la fraude, son rôle se limite à aviser la Justice sur les faits éventuellement à caractère pénal. Les jugements effectués par la chambre de discipline de la chambre ne portant pas sur des délits de corruption mais uniquement sur des infractions aux règles de discipline budgétaire et financière.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub