espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6606 - Mardi 12 Novembre 2019

L’Algérie, face aux enjeux géostratégiques régionaux 2019/2025/2030

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

L’Algérie, acteur stratégique de la stabilité de la région euro méditerranéenne et africaine, a un répit de deux à trois ans, ne souffrant pas d’une crise financière mais d’une crise de gouvernance. Mais cette crise de gouvernance risque de se transformer en crise financière horizon 2022, si la crise politique actuelle persiste, devant impérativement être résolue rapidement avant la fin de l’année 2019.

Après la «commune providence» du tout Etat, l’heure est au partenariat entre les différents acteurs de la vie économique et sociale, à la solidarité, à la recherche de toutes formes de synergie et à l’ingénierie territoriale. C’est dans ce contexte que la commune doit apparaître comme un élément fédérateur de toutes les initiatives qui participent à l’amélioration du cadre de vie du citoyen, à la valorisation et au marketing d’un espace. C’est à la commune que reviendra ainsi la charge de promouvoir son espace pour l’accueil des entreprises et de l’investissement.
La commune doit se préparer à une mutation radicale devant faire passer du stade de collectivités locales providences à celui de collectivités entreprises responsables de l’aménagement du développement et du marketing de son territoire. C’est pourquoi la fonction de wali- dont le rôle essentiel est celui d’animation et de coordination des communes, ne doit plus répondre aux critères actuels où l’administratif prime mais à des hommes managers d’un niveau intellectuel élevé et d’une haute moralité si l’on veut éviter une bureaucratisation locale plus néfaste que la centrale.
Pour répondre à cet enjeu majeur, on doit miser sur la valorisation du territoire et l’organisation du développement autour d’espaces équilibrés et solidaires (éco-pôles qui regrouperaient Le deuxième axe est une lutte contre la bureaucratie qui engendre la corruption et réorganiser les corps de l’Etat. La sphère informelle qui contrôle une part importante de la masse monétaire en circulation et des segments de marché des produits de première nécessité y compris le textile/cuir est le produit de la bureaucratie et des dysfonctionnements des différents appareils de l’Etat.
Il s’agit de l’intégrer par des mécanismes économiques en lui redonnant confiance au moyen de la délivrance des titres de propriété et non par des mesures administratives qui produisent des effets pervers. Les redondances et chevauchements de compétences entre les divers échelons territoriaux créent à la fois un éclatement de la responsabilité, la paralysie de la décision, et la déroute de l’administré.

Les régions doivent être renforcées significativement dans leurs compétences (développement économique, formation professionnelle). Dans ces domaines, une action concentrée et un pilotage unique sont gages d’efficacité. Les transferts de compétences de l’Etat vers les collectivités territoriales doivent être accompagnés d’un abandon effectif de la mission correspondante par les services de l’Etat, et du redéploiement de l’intégralité des agents de l’Etat concernés, pour éviter les doublons entre les actions de l’Etat et des collectivités territoriales.
Dans le cadre de la réforme des grands corps de l’Etat, les grands corps d’inspection – économique, financier et technique doivent être regroupés selon des lignes de métiers correspondant aux exigences de l’économie moderne : finances, énergie, infrastructures numériques, santé, etc. Ils doivent être composés de fonctionnaires choisis par concours après plusieurs années d’exercice dans la fonction d’administrateur dans le même secteur. Le recrutement dans les hautes juridictions administratives, financières et judiciaires (en veillant strictement au respect de leur indépendance) devra être effectué selon les mêmes principes. Dans ce cadre, il s’agit d’élargir l’externalisation de certaines activités annexes du secteur public.
Les activités publiques confiées partiellement ou totalement au privé couvrent aujourd’hui la maintenance des routes, les cantines scolaires etc. L’externalisation pourra s’étendre à plusieurs missions de support (ressources humaines, systèmes d’information, aménagement des bâtiments publics, formation professionnelle des agents publics).
La réforme en cours des partenariats public-privé pourra offrir un cadre juridique complémentaire aux formes classiques (concessions de service public, bail emphytéotique). Les contrats d’externalisation doivent s’inscrire dans un cadre de bonnes pratiques : répondre aux préoccupations des syndicats au travers d’un cadre prédéfini et d’un dispositif de protection des salariés.

L’Etat devra ainsi concentrer au niveau régional l’essentiel de ses cadres décentralisés et supprimer autant que possible progressivement les institutions intermédiaires, étant souhaitable de limiter le nombre de ministères et le nombre de compétences partagées entre ministres afin de réduire les procédures inutiles. En effet, le volume des textes applicables a plus que doublé et la majorité d’entre eux au moins n’étant pas appliqués. Face à cette accumulation, le Parlement n’est pas armé pour exercer son contrôle.
Dans ce cadre, je préconise de publier immédiatement les décrets d’application, dont le projet aura été soumis, en même temps que le projet de loi au parlement pour gagner du temps. Créer, sur le modèle du «Committee for better regulation britannique», un Comité pour une meilleure gouvernance chargé de faire chaque trimestre des propositions publiques sur les simplifications administratives et législatives opportunes. Ce Comité proposera des suppressions de dispositions législatives ou réglementaires devenues obsolètes, composé aux trois quarts de représentants de la société civile, il sera placé directement auprès du président de la République et du Premier ministre. Ces derniers devront répondre dans un délai d’un mois sur la suite à donner aux suggestions de simplification qui leur sont présentées.
Comme procédure d’allégement, je propose de réorganiser les structures politico-administratives pour simplifier et réduire les coûts, exiger des services de l’Etat qu’ils répondent systématiquement, rapidement et de manière formelle à toute question de droit posée par un citoyen ou une entreprise dans un délai ne dépassant pas un mois. Comme il s’agira de généraliser l’e-administration qui joue un rôle bien plus général sur le climat général des affaires, sur les coûts administratifs supportés par les entreprises et les particuliers ainsi que sur l’amélioration de la qualité et de la valeur ajoutée des services. Enfin il s’agira de dépénaliser l’acte de gestion et moderniser la gestion des projets en reconnaissant aux chefs de projet un statut qui transcende les clivages administratifs et fasse reconnaître l’importante part de risque d’une telle fonction.

Les réformes structurelles, un impératif stratégique de sécurité nationale
Après les impacts mitigés de l’Accord de Barcelone et de l’Union pour la Méditerranée (UPM), une importante rencontre aura lieu le 24 juin en France afin de dynamiser la coopération au niveau des deux rives de la méditerranée occidentale des 5+5 à travers l’action de la société civile où je suis le chef de file de la délégation algérienne et présiderai l’important dossier confié à l’Algérie celui de la transition énergétique des 5+5. L’Algérie ne saurait vive en vase clos devant tenir compte de la transformation du monde. La constitution d’espaces régionaux économiques faibles est une étape d’adaptation structurelle au sein de l’économie mondialisée avec pour objectif de favoriser la démocratie politique, une économie de marché concurrentielle humanisée.
- les débats contradictoires d’idées par des actions sociales et culturelles pour combattre l’extrémisme et le racisme.
Le recentrage sur la Méditerranée occidentale s’accompagne de la prise de conscience que les riverains de ce bassin partagent des intérêts communs majeurs, notamment dans le champ économique, mais également sécuritaire afin d’établir une «association renforcée» entre les riverains de la Méditerranée occidentale, l’objectif étant «résolument politique» pour éviter une fracture Nord-Sud porteuse de toutes les dérives et de tous les extrémismes pouvant entraîner des déséquilibres majeurs.
À titre d’exemple, les flux migratoires vers le Nord dépendent à l’évidence en grande partie du (sous-)développement des régions défavorisées de la rive sud de la Méditerranée et au lieu de nourrir le malentendu autour de l’idée d’une «union» des deux rives, serait-il plus judicieux de conclure un pacte de coopération et de solidarité limité aux Etats des deux rives de la Méditerranée occidentale, un pacte fondé sur des valeurs et principes communs, un pacte motivé par un objectif de solidarité et de développement, dans le cadre d’un partenariat gagnant- gagnant. Pour relever les nombreux défis, s’impose une action au niveau interne : l’Algérie sera ce que els algériens voudront qu’ elle soit. Espérons comme je l’ai suggéré déjà en 2016 lorsque j’ai été invité comme personnalité nationale au moment de la révision de constitution, un large front social tolérant les différences, personne n’ayant le monopole du nationalisme, une grande conférence nationale pour tracer les perspectives futures de l’Algérie. Je me félicite que cette proposition ait été retenue par la suite tant par les partis du pouvoir que de l’opposition.
Mais pour éviter les susceptibilités et les guerres de leadership de certains partis, au détriment de l’intérêt général, cette conférence, souhaitable après l’élection présidentielle, devrait être chapeauté par un collège restreint de sages «indépendants» au sein d’une institution neutre. Car le défi de l’Algérie est l’alternance démocratique et une économie de marché concurrentielle à finalité sociale tenant compte de notre authenticité, afin d’arriver à une économie diversifiée hors hydrocarbures dans le cadre des valeurs internationales avec l’avènement de la quatrième révolution économique mondiale 2020/2030 qui risque de provoquer d’importants bouleversements géostratégiques qui auront un impact sécuritaire, politique, économique, culturel et social sur le devenir de l’Algérie.
Nous devons impérativement privilégier uniquement les intérêts supérieurs de l’Algérie, il n’est jamais trop tard pour bien faire, devant éviter la sinistrose mais également l’autosatisfaction démagogique destructrice, l’Algérie possédant toutes les potentialités de sortie de crise, sous réserve d’une réelle volonté politique de profondes réformes structurelles.
(A suivre)

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub