espace pub
Infos en ligne:
  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

  • Guardiola défend la prestation de Mahrez ...

  • Le MCA remporte le derby, le MOB accroché ...

  • Crash d'un avion d'instruction à Oran, décès du pilote ...

  • Le gouvernement entamera dès sa mise en place les préparatifs de la conférence nationale ...

  • L'ANP accomplit des "missions nobles" au service de son pays et de son peuple ...

  • La Bundesliga réalise 4,42 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018 ...

  • Le ministère de l'Enseignement supérieur ne ménage aucun effort ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6442 - Jeudi 25 Avril 2019

Le président de la Fiacs s’inquiète

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

En visite à Tizi- Ouzou, le président de la Fédération internationale anticorruption sportive (Fiacs), Mourad Mazar, voudrait par cette sortie tout simplement dire, que son institution s’intéresse de plus en plus à ce qui se passe dans le football national.

Sa première déclaration résonne comme une parfaite conclusion de son rapport de mission : «La situation du sport national en général, et du football en particulier ne fait que dépérir». Le président, Mourad Mazar, ne compte pas s’arrêter au niveau de cette wilaya mais poursuivre sa tournée à l’échelle nationale. Il veut comprendre et confirmer que l’état de santé du football national se dégrade, secoué notamment pas ce phénomène de drogue qui gravite au cœur de ce sport. L’autre sujet qui frappe de plein fouet cette discipline est bien celui de l’arbitrage, du football professionnel, de la programmation, de la communication, de la formation... L’inquiétude gagne du terrain, et risque d’attirer les foudres de la FIFA. Un constat qui affiche ses premières rides et menace le développement du football national. Mais la fédération est-elle suffisamment armée pour redresser la barre ? Selon quelques cadres de la JSK, la rencontre qu’il a eu avec leur boss et son directeur général, aurait été bénéfique, puisque ce club vient d’être secoué par le cas de ses deux joueurs qui font exploser ainsi leur image de sportif. Ensuite «la JSK est une équipe qui se structure et possède un programme sportif qui illustre cette envie de former plus de jeunes donc de les éduquer également sur le plan sportif et valeurs sportives. Nous avons jugé, dira-t-il, que Mellal fait partie de ceux qui luttent contre ce fléau qui ravage notre jeunesse et par la même occasion, nous voulons lui réitérer le soutien de notre fédération». Il fera rappeler aux médias qu’il est à la tête de la fédération depuis trois années, «je n’ai pas voulu m’immiscer dans les affaires du sport algérien. Malheureusement, la situation du sport national en général et du football en particulier ne fait que pourrir. C’est pour cela que j’ai décidé de m’impliquer personnellement pour essayer de voir quels sont les moyens de lutter contre ce fléau qui gangrène le sport algérien. Le hasard a voulu que certains acteurs et présidents de club évoquent des scandales. On a profité de l’occasion pour avoir des preuves tangibles». Pour mieux situer le rôle de son instance d’une part, et d’autre part démontrer que ces sorties ne sont pas cosmétiques mais plutôt réelles et qu’elles serviront de base de travail, il confirmera «le dépôt de plainte contre la FAF, cette semaine, auprès du procureur de Larbaâ, car l’AG de la FAF a eu lieu à Sidi Moussa. Une seconde plainte a été introduite devant tribunal de Sidi M’hamed. Elle concerne l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports et deux hauts fonctionnaires du MJS. D’autres plaintes seront déposées la semaine prochaine, dont une contre le président de l’USM Annaba». Et d’ajouter «il s’agit aussi de voir quels sont les moyens de lutter à engager sur le terrain pour freiner l’avancement de ce fléau qui gangrène le sport algérien. Le hasard a voulu que certains acteurs et présidents de clubs évoquent des scandales. On a profité pour écouter tout le moyen et repartir à chaque étape avec des éléments qui puissent nous permettre de tenter de circonscrire le mal».

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub