pub
Infos en ligne:
  • L'international algérien dans la cible de Chelsea ...

  • Les précisions d'Air Algérie sur l'interception d'un de ses avions par l'armée de l'air française ...

  • Le sport algérien grand perdant ...

  • Plusieurs morts dans un accident d'avion en Floride ...

  • Découverte du cadavre d'un dignitaire religieux enlevé fin 2016 ...

  • Enquête sur une vidéo montrant des pêcheurs jetant des quantités de sardines à la mer ...

  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6083 - Lundi 19 Février 2018

La contestation se poursuit à Jerada, forte adhésion des femmes

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le mouvement de protestation entamé il y a plus de 45 jours dans la région de Jerada dans le nord du Maroc se poursuit et suscite une forte adhésion des femmes, et une marche a été annoncée pour dimanche dans l'ancienne ville minière, lieu de nombre d'accidents dramatiques qui ont provoqué colère et émoi au sein de la population locale.

La marche prévue à Jerada, entre dans le cadre d'une série d'actions de protestation hebdomadaires enclenchées il y a 48 jours pour réclamer «une alternative économique» pour la région, ont annoncé samedi plusieurs instances politiques et syndicales citées par des médias marocains. Auparavant, samedi précisément, le mouvement a vu la participation particulière de la gent féminine, tous âges confondus. Habillées en blanc (couleur du deuil pour les veuves) elles se sont réunies à proximité de la municipalité de la ville en signe de tristesse pour la perte de leurs époux morts dans les «mines de la mort». Tandis que les hommes ont préféré s'habiller en tenue d'ouvriers de mines. En revanche, les mesures annoncées par le chef du gouvernement marocain, Saad Eddine el Othmani, dont l' ouverture de mines conventionnelles de plomb et de zinc, reconversion de la zone en région agricole, facilitation de l’accès à la propriété pour les anciens ouvriers et surtout la suspension des permis de commercialisation du charbon, n'ont pas pu calmer les esprits des mécontents de Jerada. La société civile dit prendre acte de cette mesure, mais plusieurs questions demeurent. L'une des sources d'inquiétude selon des militants de la société civile, était qu'aucune annonce n’a été faite autour de l’une de leurs principales revendications, à savoir le lancement d’une enquête pour juger les responsables de la situation économique désastreuse de la ville. «Ce sont eux qui doivent rendre des comptes», dit-on. La visite du Premier ministre dans la région devait avoir lieu le 15 janvier dernier mais a été reportée maintes fois, ce que contestent en effet les contestataires qui ont fini par être invités à Oujda pour assister à une rencontre gouvernementale avec M. El Othmani, mais pas au dialogue comme ils l'ont suggéré les initiateurs du mouvement. Parallèlement, certains militants du mouvement du Hirak de Jerada ont déclaré que de nombreux camions et véhicules de sécurité arrivaient dans la ville depuis samedi, notamment des voitures auxiliaires, des forces d'intervention rapide et la gendarmerie.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Bedoui : «Le permis à point entrera en service en mars prochain»

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub