espace pub
Infos en ligne:
  • L'Algérie condamne avec "la plus grande vigueur le bain de sang" perpétré à Ghaza ...

  • Des vols vers Alger déroutés vers d`autres aéroports en raison d'un épais brouillard ...

  • La JSS et le NAHD assurés de participer à une compétition continentale la saison prochain ...

  • L'acquisition de la raffinerie d'Augusta a coûté moins de 1 milliard de dollars ...

  • L'accession du MO Béjaïa et la relégation du CRB Aïn Fakroune ...

  • Le fonds d'indemnisation des épargnants augmenté à 2 millions DA ...

  • Sauvetage de quatre pêcheurs au large du littoral entre Chlef et Mostaganem ...

  • Le FC Porto est assuré de remporter son 28e titre de champion du Portugal ...

  • Montée des eaux d'oueds et des routes bloquées suite aux intempéries ...

  • Le NAHD et la JSS nouveaux Dauphins, l'USM Blida en Ligue 2 ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6164 - Jeudi 24 Mai 2018

Les consommations budgétaires en nette hausse

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Comparé à celui de 2016 en termes de développement local, le rapport d’évaluation de la gestion de la wilaya d’Annaba 2017 met en relief un grand écart dans tous les domaines.

C’est ce qui transparait à l’écoute des déclarations faites par le directeur de la trésorerie locale qui a révélé de nombreux chiffres en relation avec la consommation en hausse du budget de wilaya 2017. Installé dans ses fonctions en juillet 2017, l’actuel wali Mohamed Salamani s’est attardé sur des chiffres en relation avec les réalisations et les investissements consentis dans les secteurs sociaux qui participent à l’épanouissement des populations. Ce que confirme du reste le pourcentage des interventions de l’Etat à travers la wilaya qui, de 16% en 2016, passe à 72% en 2017. Il pourrait atteindre les 90% au 31 mars de cette nouvelle année. C’est ce que s’est engagé à réaliser l’actuel wali d’Annaba. C’était lors d’une cérémonie officielle organisée ce dernier dimanche au siège de la wilaya. Y ont assisté, outre le directeur de la trésorerie locale, les membres de l’exécutif de wilaya et les représentants de différents titres de presse. Le directeur de l’exécutif local paraissait vouloir dire que son arrivée a stimulé les énergies et œuvré à la transformation qualitative des conditions de vie des populations. Bien qu’il ne soit pas entré dans les détails des dépenses engagées par l’Etat, le wali a fait allusion aux aspects sociaux dans différents secteurs. Evaluée à des centaines de milliards DA, la consommation tous azimuts au niveau de la wilaya a facilité l’accès à la qualité des soins de santé, à l’éducation, au logement, aux voies de communication à l’enseignement supérieur, à l’énergie et l’eau aux structures de distraction et autres. Certes, le wali n’a pas défini clairement sa gestion par rapport à celle de son prédécesseur. Il a toutefois insisté sur le grand écart existant entre le pourcentage élevé (72% devant atteindre 90% fin mars 2018) du budget de consommation enregistré sous son autorité et celui très bas de son prédécesseur arrêté à 16%. Bilan tout aussi satisfaisant en termes de recettes fiscales enregistrées par la direction locale des impôts. S’inspirant des observations de l’argentier local, le wali a exprimé sa satisfaction quant eux résultats enregistrés dans tous les domaines en abordant succinctement les différents aspects du rapport annuel des finances de la wilaya ce dernier dimanche. C’était au siège du cabinet du wali d’Annaba, on était loin de cette tendance cultivée par son prédécesseur Youcef Cherfa dans le domaine de la gestion de l’argent public. Rappelons que tout au long de sa gestion de la wilaya de Annaba du 22 juillet 2015 au 25 mai 2017 jusqu’à son départ furtif le jour même de sa nomination en qualité de ministre de l’Habitat, Cherfa a passé son temps à compter les projets. Il a quitté nuitamment Annaba et n’a pas respecté la traditionnelle cérémonie de passation des consignes avec son successeur. Comme il n’avait pas respecté, la cérémonie qui lui aurait permis de remercier ses proches collaborateurs. «En 2017, la wilaya a engagé 72% de son budget. Cet engagement était d’à peine 16% une année auparavant. Je vous laisse le soin de tirer vos conclusions quant aux efforts colossaux que nous avons consentis», a affirmé Mohamed Salamani. Il s’était exprimé quelques minutes avant de signer le registre clôturant le budget 2017 en tenant compte de son niveau d’exécution à fin mars 2018 sur la base du canevas de présentation des documents budgétaires que la trésorerie a eu gérer tout au long de l’année écoulée. «Nous avons un retard de mandatement. Cette mission devrait être réalisée dans les deux prochains mois. Elle sera destinée au règlement des fournisseurs et autres créanciers», a précisé le trésorier de la wilaya. Il reste toutefois à souligner qu’au-delà de la clôture du budget annuel 2017, il y a la problématique du faible taux d’exécution physique et financière des projets et programmes comparativement aux prévisions. Il y a aussi le fait que des anciens projets sont arrivés à terme courant 2017. D’où la forte pression sur la trésorerie exercée par des chefs d’entreprise. Argumentant le respect de leurs engagements, ces derniers réclament le paiement de leurs situations et factures. Il est à noter que la wilaya a eu recours à une politique d’endettement massif pour répondre à divers besoins sociaux inscrits au programme de l’investissement public.

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Grève des médecins : activation des mesures administratives au niveau des hôpitaux

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub