pub
Infos en ligne:
  • L'international algérien dans la cible de Chelsea ...

  • Les précisions d'Air Algérie sur l'interception d'un de ses avions par l'armée de l'air française ...

  • Le sport algérien grand perdant ...

  • Plusieurs morts dans un accident d'avion en Floride ...

  • Découverte du cadavre d'un dignitaire religieux enlevé fin 2016 ...

  • Enquête sur une vidéo montrant des pêcheurs jetant des quantités de sardines à la mer ...

  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6058 - Dimanche 21 Janvier 2018

Raouia : «Préserver l’emploi est une priorité de l'Etat»

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, a affirmé, hier à Alger, que la préservation de l'emploi demeure une priorité pour l'Etat, même en cas de prise de participation d'entreprises privées dans des entreprises publiques dans des secteurs non stratégiques, dans le cadre du Partenariat sociétaire entre le secteur public et privé.

«Le partenariat public-privé, prévu par la Charte du Partenariat sociétaire, n'est pas une privatisation, mais une prise de participation d'entreprises privées dans des entreprises publiques dans des secteurs non stratégiques et dans les limites qui sont connues. Dans ce cas, le maintien de l'emploi demeure une priorité pour l'Etat. Le privé ne peut agir en dehors des règles fixées par la loi», a indiqué le ministre sur les ondes de la radio nationale.
Précisant que la prise de participation du privé ne peut excéder les 34% du capital des entreprises publiques dans certains secteurs, M. Raouya a tenu, toutefois, à préciser que l'Etat n'est pas prêt à céder le moindre pourcentage du capital des entreprises publiques relevant des secteurs stratégiques comme celui de l'Energie dont les hydrocarbures, ou des Transports.
Par contre, a-t-il poursuivi, le secteur privé pourrait intervenir dans les domaines de l'infrastructure (réalisation de stades...). Evoquant la question de la révision de la politique des subventions, le ministre a estimé que les dépenses des transferts sociaux (1.760 milliards de DA en 2018) demeurent lourdes: «C'est trop», a-t-il observé.

A ce propos, il a avancé que l'Etat continuera, en 2018, à travailler pour revoir cette politique afin de «mieux cibler» ces subventions. Concernant le commerce extérieur et les mesures prises pour la suspension de l'importation de certains produits, M. Raouya a souligné que ce dispositif est conjoncturel, et ce, «pour mettre fin à l'importation anarchique, retrouver l'équilibre de la balance commerciale et rendre notre économie plus solide d'ici deux à trois années».
A propos des éventuelles conséquences inflationnistes de l'application du financement non conventionnel, le ministre a assuré que l'Etat a accompagné cette mesure par des mécanismes de contrôle rendant possible la maîtrise des sommes injectées dans l'économie nationale ainsi que de l'inflation dont le taux prévu pour 2018 est de 5,5%. Le ministre a, par ailleurs, écarté l'éventualité d'un changement de la monnaie nationale pour drainer les capitaux circulant dans le secteur informel, expliquant que cela «ne peut être possible si la masse de cet argent n'est pas suffisamment connue».
Mais selon le premier argentier du pays, l'Etat «mène la politique du bâton et de la carotte pour inciter les détenteurs de cet argent informel à intégrer le secteur formel».

Interrogé sur la hausse des prix du pétrole dans les marchés mondiaux et son impact sur l'économie nationale, le ministre a considéré que si cela permettrait de réduire le déficit budgétaire ainsi que le déficit commercial, l'Etat doit, cependant, «toujours agir avec prudence face à l'instabilité des marchés et ne pas écarter un autre recul des prix».
S'agissant de l'impôt sur la fortune, qui était prévu dans le projet de loi de finances 2018 mais supprimé par l'APN en raison, selon sa Commission des finances, des «difficultés techniques» de son application, M. Raouya a faut valoir que «le Parlement est souverain dans sa décision», ajoutant que cette mesure pourrait être introduite dans les prochaines lois de finances une fois sa mise en application effective sera possible.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Réparation de téléphone portable... profession attire les jeunes

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub