espace pub
Infos en ligne:
  • Baccalauréat 55,88% de taux de réussite ...

  • Le président Bouteflika procède à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature ...

  • L’Algérie termine à la 2e place du Championnats arabes open de natation ...

  • Les résultats du baccalauréat seront annoncés jeudi prochain ...

  • Infantino favorable à une candidature maghrébine conjointe ...

  • Ronaldo va quitter le Real Madrid pour la Juventus de Turin ...

  • L'international algérien Riyad Mahrez signe pour 5 ans à Manchester City ...

  • Le bilan provisoire monte à 100 morts ...

  • Abdelghani Hamel quitte la DGSN ...

  • le dirigeant Baghdadi suspendu pour une année ferme ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6209 - Mercredi 18 Juillet 2018

Une bande de 10 dealers derrière les barreaux

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La cellule de communication de la sûreté de wilaya de Tipasa a fait état de l’arrestation d’une bande de dealers composée de 10 éléments et qui agissaient au niveau de la ville de Hadjout.

En effet, les éléments de la police judiciaire de la sûreté de daïra de Hadjout ont procédé dernièrement à l’arrestation de cet important réseau de revendeurs qui est compromis dans plusieurs affaires de trafic de drogue. L’officier de la cellule de communication de la sûreté de wilaya de Tipasa a rappelé que les opérations menées font suite à l’exploitation de renseignements et l’intensification d’opérations coups- de-poing dans les quartiers de la ville. «En tout, les enquêteurs ont saisi 27 g de kif traité et 22 comprimés à effet hallucinogène. Ils ont aussi récupéré 23 030 DA, une somme provenant du trafic de drogue», souligne l’officier. Les suspects avaient l’habitude d’organiser leur trafic dans trois quartiers différents de la ville, la cité de la Gare, celle du 1er-Mai et la cité du 1er-Novembre. Les 10 suspects ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Hadjout qui les a traduit par devant le juge d’instruction. Sept des dix personnes interpellées ont écopé de peines allant de 6 mois à 10 ans de prison ferme assorties d’amende variant entre 5 et 100 millions de centimes. Les trois autres ont écopées de 6 mois de travaux d’intérêt général et des amendes de 1 et 2 millions de centimes.

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président Bouteflika décide le retrait de toute augmentation pour les documents administratifs

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub