espace pub
Infos en ligne:
  • Raffinage du brut algérien à l'étranger: nous avons obtenu l'autorisation ...

  • Le club consacre 200 millions de livres pour le mercato estival dont 60 réservés à Mahrez ...

  • L'Algérie continuera de rapatrier les immigrants illégaux en concertation avec leurs pays d'origine ...

  • la JS Kabylie décroche sa onzième finale ...

  • Le roi du Maroc adresse un message de condoléances au «peuple algérien frère» ...

  • Le Porte-parole du MAE regrette les propos de l'ambassadeur de France sur l'attribution des visas ...

  • Les nouvelles extensions inaugurées lundi seront mises en service mardi 10 avril ...

  • Le nouveau prestataire sera opérationnel à partir de lundi à Alger ...

  • L'Algérien El-Hocine Zourkane a été sacré champion du monde universitaire de cross-country ...

  • Le Marocain Badou Zaki rebondit de nouveau en Algérie ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6134 - Jeudi 19 Avril 2018

Les boulangers entrent en grève pour imposer le nouveau prix du pain

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

C’est le deuxième jour de grève à Béjaïa et c’est le quatrième dans certaines localités telles que Sidi Aïch où le pain est une denrée qui fait défaut sur les étals.

Des étales vides, ce qui perturbe les foyers et de nombreuses collectivités, cantines, restaurants universitaires, dont certaines disent ne pas être avisés par cette action jugée d’illégale, mais toujours maintenue par l’association des boulangers qui affirme être sous le rouleau compresseur et ne pouvoir continuer avec l’ancien prix de 10 DA, qui lui-même attend depuis 2013 son officialisation. Selon M. Mébarki, représentant de la corporation à Béjaia, «la situation est insurmontable et nous ne pouvons plus continuer à appliquer un prix dépassé». Et de préciser que «compte tenu de toutes nos charges, le prix de revient de la baguette est aujourd’hui à 12,50 DA. Tout cela les pouvoirs publics le savent et doivent regarder dans notre direction». La direction du commerce, qui réfute d’emblée l’application illégale du nouveau prix, dénonce, par ailleurs, cette grève qui n’est pas suivie en totalité et enclenchée sans aucun préavis ni service minimum. Elle lance, par ailleurs, un appel à la reprise de l’activité, en attendant que la situation se décompte en haut lieu où le problème est pris en charge. Certains boulangers, qui n’ont pas répondu au mot d’ordre de grève, ont drainé des files d’attente énormes devant leurs établissements tel que constaté à Sidi Ali Labhar ou face au point de vente Naâma qui continue par ailleurs d’appliquer un prix à 7,50 dinars, qui habituellement revend le pain sans aucune pression, a été un endroit où se sont agglutinés des acheteurs tôt le matin. Jusqu’à quand se poursuivra ce bras de force qui n’est dans l’intérêt de personne, car les boulangers eux mêmes subissent des pertes avec cette fermeture, que le citoyen espère ne pas s’étaler.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

La ville de Boufarik après le crash tragique d'un l'avion militaire

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub