pub
Infos en ligne:
  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6010 - Samedi 25 Novembre 2017

Le FNA est un parti d’opposition et il le restera

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Il y a une dizaine d’années, le FNA était la troisième force politique à Djelfa. Les meetings qu’il organisait étaient populaires. Il lui fallait de très grandes salles pour contenir ses militants et sympathisants.

Aujourd’hui une petite salle dans une petite commune a amplement suffit pour abriter la cinquantaine de personnes venue écouter moussa Touati. C’est la salle polyvalente d’un groupe de scout de la commune. Cette commune qui était, il y a dix ans, dirigée par un maire FNA. Moussa Touati n’est pas venu pleurer sur les ruines. Il est venu défendre des idées. Défendre un programme qu’il a étalé à l’assistance. A tel point qu’à un moment, un vieux lui demande de rester devant le micro et de lui poser les problèmes. Il fustigera l’assemblée sortante et demanda au président du FNA, pourquoi les partis ne peuvent pas retirer la confiance aux élus qui ont trahi ou qui trahissent la ligne de leur parti. Il étalera un ensemble de problèmes. Moussa Touati saisira l’occasion pour lui expliquer que ce n’est pas au maire de son parti qui est mis en cause, et lui rappellera, «qu’il y a plus de cinq ans ils y avaient un maire FNA à Ain Maabed et que le parti ne lui a pas renouvelé sa confiance parce qu’il avait trahi la confiance du parti et celle des citoyens, qui avaient voté pour lui». «C’est pour cela qu’il ne fait plus partie des militants du FNA». Concernant les prérogatives des maires, Touati expliquera que le maire n’est que «une légume sur couscous, c'est-à-dire décors» «et que ce sont les chefs de dairate qui ont le pouvoir, ce sont eux qui gèrent les affaires des communes, logements, marchés etc..» pour conclure : Nous sommes un parti des pauvres des sans argents et des vrais citoyens.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Locales 2017 : les altercations enregistrées sont sans effet sur les résultats

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub