pub
Infos en ligne:
  • L'international algérien dans la cible de Chelsea ...

  • Les précisions d'Air Algérie sur l'interception d'un de ses avions par l'armée de l'air française ...

  • Le sport algérien grand perdant ...

  • Plusieurs morts dans un accident d'avion en Floride ...

  • Découverte du cadavre d'un dignitaire religieux enlevé fin 2016 ...

  • Enquête sur une vidéo montrant des pêcheurs jetant des quantités de sardines à la mer ...

  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6083 - Lundi 19 Février 2018

Quelle place dans le discours électoral?

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Des techniciens et spécialistes du sport, interrogés par l’APS, trouvent que le bilan des Assemblées populaires communales et de wilayas sortantes (APC et APW, c’est-à-dire essentiellement celui des partis politiques qui les ont dirigées, fait ressortir qu’elles ont accordé «peu de considération» à la politique sportive locale et la seule «exception» concerne l’octroi d’équipements nécessaires à la pratique de l’EPS (éducation physique et sportive) dans les établissements primaires.

Pour le Docteur Ali Hakoumi, expert en sciences et méthodologie du sport, l’explication se trouve dans le fait que le cadre juridique mis en place par la loi relative à la commune ne donne pas suffisamment de prérogatives aux collectivités locales de pour ce qui concerne le domaine sportif. Il rappelle ce qui se dit à propos du sport qui a été «le grand oublié de la décentralisation». Selon ses propos, rapportés par l’APS, il estime que cet état de fait est interprété par certains comme le signe d’un «maintien de la totalité des engagements de l’Etat vis-à-vis de l’activité sportive, d’autres, au contraire, l’ont interprété comme un transfert implicite de compétences au profit des collectivités locales. Il rappelle que, par ailleurs, «la loi sur le sport 13-05 ne donne pas beaucoup d’informations sur les obligations de chaque collectivité en matière de sport, excepté leur participation au développement des activités physiques et sportives (EPS) et la mise à la disposition des établissements scolaires primaires les équipements nécessaires à cette pratique.» Pourtant beaucoup de structures sportives ont été réalisées et d’autres sont en cours d’achèvement dans plusieurs communes du pays. En général, ces projets font partie du programme d’action des APC qui se sont donné comme objectif de sortir les jeunes des risques de la rue, et leur garantir une bonne prise en charge à travers la mise à leur disposition d’infrastructures sportives notamment les terrains de proximité, avec leurs tribunes parfois, et des salles pour la pratique de divers sports, ainsi que des aires de jeux et parfois des piscines. Ces infrastructures sont très coûteuses, de l’ordre de la dizaine de milliards pour certaines d’entre elles. Des locaux sont également aménagés et mis à la disposition d’associations, elles sont de plus en plus nombreuses, pour la pratique sportive de leurs adhérents, avec en plus, parfois, un budget dont le niveau est fonction de l’importance de l’association. Le sport de masse n’est pas négligé par les collectivités locales et les élus. Ces infrastructures profitent surtout aux quartiers et cités d’habitation à forte population. Mais il reste encore beaucoup à faire. L’élaboration d’une carte sportive locale porteuse de projets viables constitue, par exemple, un défi majeur pour les nouveaux élus aux prochaines APC et de APW, un travail nécessitant une fine connaissance de la situation du sport dans chaque région du pays. Pour Idriss Haoues, conseiller en sport et directeur des équipes nationales (DEN) de la Fédération algérienne des luttes associées (FALA), cité par l’APS, la carte sportive locale passe essentiellement par la «réactivation» du Conseil communal des sports, une structure qui, a-t-il relevé, a du mal à voir le jour sur le terrain. Il a appelé les nouveaux élus à soutenir les clubs sportifs financièrement et à la mise à la disposition des associations sportives du personnel communal qualifié et l’organisation de compétitions sportives (sport de masse).

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Bedoui : «Le permis à point entrera en service en mars prochain»

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub