Infos en ligne:
  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

  • Le pétrole en légère hausse, le Brent à plus de 54 dollars ...

  • Les réserves de change à 105 milliards de dollars ...

  • L'Algérie exprime sa "grande préoccupation" et appelle à la "protection en urgence" des Rohingya ...

Quotidien d'information indépendant - n° 5982 - Dimanche 22 Octobre 2017

Les puissances s’y intéressent

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Depuis avant-hier, et jusqu’à aujourd’hui, des centaines de participants entre chercheurs, techniciens, chefs d’entreprise, scientifiques et experts ont suivi régulièrement les communications présentées par des participants venus de divers pays du monde.

Ils étaient nombreux à répondre à l’invitation de l’Université Badji Mokhtar dans le cadre du 3ème séminaire Internationale sur l’Industrie minière et environnement. Précisément à l’auditorium Guellati de l’université de Sidi Amar (Annaba) où, plus d’une trentaine d’intervenants s’étaient succédés pour, chacun en ce qui le concerne, afin d’aborder diverses questions liées à l’industrie minière et environnementale. Troisième du genre, cette manifestation a permis de mettre en relief les atouts et de collecter des informations techniques en vue de leur matérialisation dans le domaine des mines et de l’environnement.
Pour d’autres intervenants, il s’agissait d’une collecte d’informations sur ces deux importantes questions, mais aussi un exécutoire pour mieux comprendre et expliquer les atouts de certaines approches et les déficiences mises en relief par certaines. C’est apparemment dans ce cadre que des participants à ce 3ème séminaire international de l’industrie des mines et de l’environnement se sont déplacés. Ils viennent, en outre de différentes régions d’Algérie, de Tunisie (Maroc, Espagne, USA, Colombie, France, Ukraine, Turquie, Canada).

Les langues, arabe, français, anglais et ukrainiens ont été utilisées pour convaincre sur la Synergie entre l’exploitation minière, le développement économique et l’environnement. Des réponses appropriées ont été apportées aux préoccupations des chefs d’entreprise et autres acteurs dans les mines et l’environnement. C’est d’ailleurs ce qu’avait annoncé le programme élaboré par la Faculté des Sciences de la Terre placée à la charge du Pr. Chettibi Mohamed du département des Mines. A la lecture de la première et deuxième journées de débats et d’échanges d’idées qui ont été fructueuses.
Lors des interventions libres, il a été question de les renforcer et de les enrichir. L’on a estimé utile de perpétuer la tradition de la coopération qui a toujours existé entre les pays et qui doit être préservée. La signature de deux conventions avec les entreprises algériennes «Altro» et «Somifer» le confirme. Ce séminaire est aussi l’occasion de construire une nouvelle page de la collaboration entre chercheurs et utilisateurs des mines et protecteurs de l’environnement en vue de peaufiner leurs relations pour une meilleure approche des problèmes dans le monde.
Il faut dire que l’université d’Annaba a fait le nécessaire pour qu’il en soit ainsi. S’exprimant en aparté, les chefs d’entreprise ont énuméré les avantages à tirer de pareille rencontre sur l’industrie minière et l’environnement. Certains ont rappelé le contexte et précisé la nécessité d’approfondir la question de projets structurants de l’industrie minière avec beaucoup d’impacts sur l’environnement. Dans les centaines de communications présentées, il a été démontré les avantages de certaines options et à contrario les risques que représentent d’autres.

Notamment, les conditions sécuritaires fiables et stables dans les activités minières, la recherche du minerai et la protection de l’environnement. Bon nombre d’intervenants se sont beaucoup attardés sur des thèmes intéressants. Particulièrement, celles qui ont suivi le discours inaugural prononcé par Amar Hayahemya, recteur de l’université Badji Mokhtar de Annaba. Au titre du programme élaboré, les acteurs de la Faculté des Sciences de la Terre, notamment du département des Mines ont souligné «…l’ industrie minière traverse une période riche en projets de développement et la mise en valeur des gisements.
Ce cycle contribue à redynamiser l’économie nationale car les potentialités minières sont nombreuses et diversifiées en substances minérales. En parallèle, «la recherche scientifique et le développement technologique - en exploitation des mines, et la valorisation des ressources minérales et en environnement minier - constituent un maillon du développement durable. Par ailleurs, l’industrie minière représente une activité fortement polluante qui génère des rejets solides, liquides et gazeux et causant des déformations des terrains et une destruction de l’écosystème».
Il est dit que le 3 ème Séminaire international sur l’Industrie minérale et Environnement vise à rassembler toutes les compétences de l’industrie minière et c’est aussi l’occasion pour d’éminents spécialistes et chercheurs reconnus à l’échelle nationale et internationale pour présenter leurs travaux de recherche dans ce domaine, dans le but de partager leurs expériences en matière de concepts et technologies de gestion du secteur minier, enfin débattre et définir les meilleures stratégies et les techniques de gestion durable des déchets.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev en Algérie

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub