espace pub
Infos en ligne:
  • Raffinage du brut algérien à l'étranger: nous avons obtenu l'autorisation ...

  • Le club consacre 200 millions de livres pour le mercato estival dont 60 réservés à Mahrez ...

  • L'Algérie continuera de rapatrier les immigrants illégaux en concertation avec leurs pays d'origine ...

  • la JS Kabylie décroche sa onzième finale ...

  • Le roi du Maroc adresse un message de condoléances au «peuple algérien frère» ...

  • Le Porte-parole du MAE regrette les propos de l'ambassadeur de France sur l'attribution des visas ...

  • Les nouvelles extensions inaugurées lundi seront mises en service mardi 10 avril ...

  • Le nouveau prestataire sera opérationnel à partir de lundi à Alger ...

  • L'Algérien El-Hocine Zourkane a été sacré champion du monde universitaire de cross-country ...

  • Le Marocain Badou Zaki rebondit de nouveau en Algérie ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6134 - Jeudi 19 Avril 2018

Un chalet parti en fumée

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

En début de soirée de ce 8 octobre 2017, 190 millions de DA sont partis en fumée. Il s’agit de la conséquence d’un violent incendie qui s’était déclaré dans un ancien chalet propriété de la wilaya de Annaba, donc bien public.

De ce patrimoine implanté à proximité du centre de vacances du personnel militaire et assimilés de Aïn Achir (Annaba), il n’en est pratiquement rien resté si ce n’est de la cendre et quelques indices d’occupation des lieux par des humains. Ce chalet transformé en construction en dur sur plusieurs hectares servait de centre de repos à tout wali qui pouvait en jouir avec sa famille. Initialement, c’était une propriété de la direction des forêts de la wilaya de Annaba. Celle-ci en avait été dépossédée à la fin des années 1980 au profit de l’administration locale. Outre quelque 130 millions DA destinés à la transformation du chalet en une bâtisse en dur, six millions de dinars y avait été investis pour uniquement la création de surfaces gazonnées. Ce qui, avec la forêt avoisinante et la grande bleue à quelques pas, donnait à ces lieux, un environnement enchanteur. Il a suffi d’une petite étincelle produite par un problème électrique pour entraîner ce véritable désastre en période d'austérité qui plus est. Sollicités pour donner leur avis quant à l’origine de l’incendie, deux experts auraient pointé du doigt les installations de la Sonelgaz. Elles seraient à l'origine de la multiplication de l'instabilité du courant et des masses qu'il génère.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

La ville de Boufarik après le crash tragique d'un l'avion militaire

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub