Infos en ligne:
  • Lebib se retire de la course ...

  • Le président Bouteflika nomme les membres du gouvernement ...

  • Le président Bouteflika nomme Abdelmadjid Tebboune Premier ministre ...

  • Alcaraz boucle sa tournée européenne, 17 joueurs rencontrés ...

  • Aucune victime algérienne n'est à déplorer suite à l'attentat de Manchester ...

  • L'entraîneur Badou Zaki s'engage officiellement avec l'US Tanger ...

  • Démission du président Mahfoud Kerbadj ...

  • AG extraordinaire mercredi sur fond de tension ...

  • Tous les vols de la compagnie Air Algérie en partance d'Algérie suspendus en raison d'une grève ...

  • Les demi-finales reportées aux 20 et 24 juin prochain ...

Quotidien d'information indépendant - n° 5860 - Samedi 27 Mai 2017

Nécessité de former les douanes face à la contrefaçon

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

«Déceler le vrai médicament du faux est une mission très difficile pour les douaniers algériens», a reconnu Djamel Brika, directeur des Relations publiques à la direction générale des douanes, lors d'une session portant sur la lutte contre les phénomènes informels affectant le secteur pharmaceutique, tenue dans le cadre du 18ème Forum pharmaceutique internationale (FPI18) qui se tient depuis lundi dernier à Alger.

Ce responsable a indiqué que les agents douaniers ont été déjà formés dans le domaine des articles de sports, des produits cosmétiques et des marques déposées, mais pas dans les médicaments contrefaits. «De bons résultats ont été obtenus en matière de lutte contre la contrefaçon des produits cosmétiques grâce à la formation des douaniers par les détenteurs de marques de ces produits. Nous voudrions aussi bénéficier d'une formation afin de reconnaître les médicaments ou les produits pharmaceutiques contrefaits», a-t-il lancé.
M. Brika a appelé aussi les producteurs de médicaments à recevoir les douaniers dans les usines de production pour acquérir des connaissances afin d'accompagner les opérateurs dans ce domaine. Dans le domaine de la contrebande, les douaniers ont intercepté des quantités importantes de médicaments importés sans déclaration notamment à Tébessa à la frontière est du pays et à Tamanrasset au sud. Mais, «est-ce que ces produits sont contrefaits et qu'ils circulent sur le marché national ?», s'est-il interrogé.

Selon le bilan présenté par M. Brika, les douanes algériennes ont saisi 17.272 boîtes de médicaments en 2016 d'une valeur de 1,2 million DA, alors que neuf (9) affaires ont été recensées durant le premier trimestre 2017, lesquelles portent sur 13.809 unités d'une valeur de 5,24 DA l’unité. La contrebande reste le principal canal d'introduction de ce genre de produits en Algérie et partout ailleurs au monde, observe, pour sa part, un représentant de l'Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (Iracm), Roge qui recommande aux autorités compétentes algériennes de prévoir et d'anticiper sur le risque de vente de ces produits sur internet.
Actuellement, la contrefaçon de médicaments est le créneau qui rapporte le plus par rapport au trafic de la cigarette et celui de la drogue avec un chiffre d'affaires annuel de 75 milliards de dollars, soit 10 à 15 fois plus que la drogue, selon M. Roge. Ces faux médicaments dont la reconnaissance par les agents douaniers est «très compliquée» sont transportés dans des valises, des conteneurs sous-marins, dans des jouets, du pain etc. Ils sont fabriqués par exemple dans des bétonnières, sécher sous des lampes électriques ou produits carrément à la chaîne de façon artisanale comme au Bangladesh, d'après cet expert.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Le premier ministre précise sur le soutien de l'État pour les nouvelles entreprises

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub