Infos en ligne:
  • L'Algérie rejette catégoriquement les graves accusations marocaines sur des ressortissants syriens ...

  • L'Etat ne renoncera pas à l'intérêt qu'il porte aux jeunes ...

  • Un chercheur du CDER réalise une voiture électrique ...

  • CAN-2019, l'objectif assigné au sélectionneur à Alkaraz ...

  • Fermeture de l'aéroport de Hassi Messaoud suite à l'endommagement de la roulette d'un avion ...

  • Le journal Liberté absent des kiosques en raison d'une grève des travailleurs ...

  • Huit cas de fièvre aphteuse enregistrés dans le milieu bovin ...

  • Un psychopathe met le feu à une mosquée à Tébessa ...

  • Lucas Alcaraz est nommé nouveau sélectionneur de l'équipe algérienne de football ...

  • Les réserves de change toujours au dessus de 100 milliards de dollars ...

Quotidien d'information indépendant - n° 5833 - Lundi 24 Avril 2017

Les propriétaires de la ZAD de Bordj-Ménaïel en colère

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La situation est «insoutenable» et il est urgent que la direction de l’énergie et des mines prenne des mesures nécessaires pour briser le silence du droit et des passe-droits de l’organisme Gestipo qui ne cesse de transmettre des factures de paiement avec la mention «Quote-part» et qui met les propriétaires détenteurs d’actes de propriétés dans la gêne.

Ce sont là, des conduites malheureuses et malvenues qui de surcroît n’arrangent personne, si ce n’est rendre la chose compliquée. La question qui se pose est de savoir quel est cet organisme nouvellement créé en 2004 et possédant un régistre de commerce qui s’est proclamé Gestion des participations et qui met en entête de leurs factures «ministère de l’Energie et des Mines» et dire que les propriétaires de la Zone d’activité et dépôt de Bordj-Ménaïel ont acheté des terrains auprès de l’Egzib en 1989 et qui actuellement est dissoute ! Aussi il est à noter qu’en 2003, et en date du 21 mai, un tremblement de terre a frappé de plein fouet la wilaya de Boumerdès et la plupart des propriétaires ont vu leurs constructions endommagées, certains ont perdu des êtres très chers et malgré cela, ils n’ont pas perdu espoir.
Ils n’ont pas baissé les bras, ils continuent de payer des impôts et toutes les charges qui s’imposent, à savoir factures d’électricité, gaz de ville, eau potable, les redevances du foncier communal, la taxe d’habitation, taxe de l’environnement, taxe sur l’assainissement et autres. ça bouillonne du côté de la Zone d’activité et de dépôt au niveau de Bordj-Ménaïel et pour cela M. Madani Fouatih Abderahmane, premier magistrat de la 35e wilaya d’Algérie se doit d’intervenir pour remettre les pendules à l’heure et mettre fin à ce calvaire en mettant de l’ordre.
Il n’existe aucune zone industrielle au niveau de Bordj-Menaïel mais plutôt des zones d’activités et dépôt. M. Madani Fouatih Abderahmane, wali de la trente cinquième wilaya d’Algérie doit être à l’écoute et mettre fin aux harcèlements quotidiens dont sont sujets ces derniers car lorsque tous les indicateurs socio-économiques sont au rouge, il est difficile de dissiper les inquiétudes mais aussi la colère des propriétaires de la zone d’activité et dépôt.

Huissier de justice ou gendarme !
Qu’est-ce qu’un huissier de justice ? C’est une personne qui fait exécuter toutes décisions de justice par le biais de mises en demeures, courriers, commandements à payer, l’huissier de justice est un médiateur qui recherche avant tout un accord entre les personnes qui s’opposent, il assure les négociations de créances entre créanciers et débiteurs afin d’éviter la saisine de la juridiction compétente, il recherche également avant tout un accord entre les personnes qui s’opposent, il écoute, il propose et évite les procédures trop coûteuses, l’une de ses missions principales consiste donc à rechercher des solutions aux litiges entre créanciers et débiteurs. Il ne doit en aucun cas se substituer au rôle de gendarme en venant harceler les propriétaires de parcelles de terrain. 
Certains propriétaires font «l’objet de poursuites judiciaires de la part de la Gestipo pour des raisons incompréhensibles et ne savent plus à quel saint se vouer», selon les propos d’un contestataires. «L’Egzib a été dissoute et les actes de propriétés établies ont été faits avec la dénomination de zone industrielle au lieu de zone d’activité et de dépôt et ce depuis 1989, alors pourquoi avoir attendu plus de 15 longues années pour se proclamer Gestipo», dit-il tout en ajoutant «qu’il faut cesser de nous mettre les bâtons dans les roues. C’est au wali de remettre les pendules à l’heure. La zone d’activité numéro une n’a aucun problème vis-à-vis de l’APC de Bordj-Ménaïel et ne fait aucun objet de litige bien au contraire cette dernière est à l’écoute de leurs doléances… Il faut mettre un terme à cette situation».

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

600 documents historiques mis aux enchères en France rachetés par l'Algérie

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub